Accueil > Critiques > (...) > Où va la presse écrite ?

En bref

Les aides à la presse continuent d’aller aux plus riches

par Maxime Friot,

Lors de la publication, l’an passé, des titres et de groupes de presse ayant bénéficié, de 2016 à 2019, des aides directes et indirectes à la presse, nous faisions le constat suivant : « Les aides à la presse alimentent les caisses des principaux groupes de presse. Elles subventionnent la distribution sur tout le territoire d’une poignée de quotidiens détenus par quelques milliardaires. Elles renforcent ainsi leur emprise sur la presse française, au lieu de soutenir le pluralisme et la diversité. » La situation n’a (hélas) pas changé.

Le ministère de la Culture vient de publier les données relatives aux aides à la presse versées en 2020 et 2021. Comme en 2019, ce sont les médias détenus par Bernard Arnault (Aujourd’hui en France, Le Parisien, Les Échos) qui touchent largement le plus d’« aides individuelles » [1] : plus de 15,7 millions d’euros en 2021. Ensuite viennent ceux détenus par Xavier Niel (en particulier Le Monde), avec près de 8,2 millions d’euros, talonnés de près par Le Figaro (groupe Dassault) et ses 7,7 millions d’aides. Suivent les publications du groupe Altice (Patrick Drahi), à savoir Libération et L’Express, 7,5 millions à elles deux. Si on y ajoute Lagardère (Paris Match et le JDD ; 2,2 millions), Pinault (Le Point ; 1,2 million) et Kretinsky (Marianne ; 1 million), le bilan est sans appel : les médias détenus par sept milliardaires ont reçu 43,6 millions d’euros d’aides à la presse en 2021, soit près de la moitié du total (91,5 millions).

Notons par ailleurs que parmi les quotidiens nationaux, La Croix et L’Humanité, avec près de 5 millions chacun, bénéficient eux-aussi largement du système actuel.

Ce sont enfin les grands groupes de presse régionale qui se taillent une (belle) part du gâteau : 5,4 millions pour les journaux du groupe Ouest-France (détenu par une association contrôlée par la famille Hutin), 4,6 millions pour ceux du groupe EBRA (propriété du Crédit Mutuel), 3,8 millions pour le groupe Sud Ouest (famille Lemoîne), 2,2 millions pour le groupe La Dépêche (famille Baylet) ou encore 1,7 million pour le groupe Rossel et 1,6 million pour le groupe La Montagne.

« Une refonte du système d’aides à la presse, comme du système de distribution de la presse, est plus que jamais nécessaire » écrivions-nous en juillet 2021. C’est toujours vrai.


Les 50 médias qui ont touché le plus d’aides individuelles en 2021
Publication Total (en millions d’euros)
Aujourd’hui en France 11,9
Le Figaro 7,7
Libération 6,7
Le Monde 6
L’Humanité 5,1
La Croix 5
Ouest-France 2,4
Les Échos 2,2
L’Opinion 2,2
Sud Ouest 2,1
Le Journal du dimanche 1,9
Le Parisien 1,6
Le Dauphiné libéré 1,4
Presse Océan 1,2
La République des Pyrénées 1,2
Le Journal de la Haute Marne 1,2
Le Point 1,2
Marianne 1
L’Équipe 1
La Presse de la Manche 0,9
L’Express 0,8
Nouvelle République du Centre Ouest 0,6
La Dépêche du Midi 0,6
20 Minutes 0,6
La Montagne 0,6
Centre Presse Aveyron 0,6
Le Quotidien de La Réunion 0,5
Le Progrès 0,5
La Voix du Nord 0,5
Têtu 0,5
Courrier International 0,5
Le Télégramme 0,5
L’Est Républicain 0,5
Les Nouvelles Calédoniennes 0,4
Le Pèlerin 0,4
Le Journal de l’Île de la Réunion 0,4
Nord Littoral 0,4
La Nouvelle République des Pyrénées 0,4
Actu.fr 0,4
La Provence 0,4
Paris Normandie 0,3
Le Courrier de l’Ouest 0,3
La Marseillaise 0,3
Dossierfamilial.com 0,3
Charlie Hebdo 0,3
Le Monde diplomatique 0,3
La Vie 0,3
Le Un 0,3
Famille chrétienne 0,3

Chiffres ministère de la Culture
 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Cumul des aides au pluralisme, des aides au portage, des fonds FSDP et FSEIP et des aides filière.

A la une

Le journal Reflets poursuivi par Altice : la liberté d’informer menacée

« Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. »

Motion de défiance des journalistes de France Bleu contre la direction de l’information

Adoptée par 85% des suffrages exprimés.

De quoi la mort du Ravi est le nom

Par Sébastien Boistel, journaliste au "Ravi".