Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Pillages et plagiats

Les Inrockuptibles imitateurs « branchés » sur Le Monde Diplomatique

par Grégory Rzepski, Mathias Reymond,

Les Inrockuptibles sont un hebdomadaire branché qui donne des leçons de consommation culturelle... et politique. Il soutient Ségolène Royal. Soit. Mais pourquoi ? Parce qu’elle incarne « un profond renouvellement générationnel » (13 mars 2007). Les Inrockuptibles sont aussi des rebelles qui n’apprécient pas Nicolas Sarkozy parce qu’il est « démagogique et irresponsable » (idem). Enfin, Les Inrocks (comme disent les gens branchés) ont souvent tendance à copier sournoisement. Dernière victime : Le Monde Diplomatique.

Depuis plusieurs mois, la double page « Actu en débat », consacrée à l’actualité politique et au « débat d’idées », tire à boulets rouges sur le candidat de l’UMP. Dans cette veine, le 27 mars 2007, Les Inrockuptibles titrent en « une » : « Comment Sarkozy manipule les médias ». Puis on peut lire (page 28) un article de Jean-Marie Durand et Anne Laffeter intitulé « Sarko et le troupeau ». Sur quatre pages, il s’agit d’expliquer comment « non content d’avoir beaucoup d’amis dans les médias, Nicolas Sarkozy se prend souvent pour le directeur de l’information. »

Etranges similitudes

Un sujet d’article intéressant... mais un article qui présente d’étranges similitudes avec celui de Marie Bénilde paru dans Le Monde diplomatique en septembre 2006 et intitulé « M. Sarkozy déjà couronné par les oligarques des médias ? », que nous avions signalé par un extrait ici même. Le clonage n’est pas démontré, mais on peut relever de surprenantes proximités dans l’argumentation, dans les exemples choisis et même dans le choix des termes et des tournures... Ainsi, quand Marie Bénilde écrit de Nicolas Sarkozy : « N’est-il pas d’ailleurs une sorte de confrère [des journalistes], lui qui rêva un temps de devenir présentateur du ‘‘ 20 heures ’’ ? En 1995, quand il publie sous pseudonyme une série d’articles intitulée ‘‘ Lettres de mon château ’’, dans Les Echos, il montre qu’il s’intéresse autant à la vie des médias qu’à la politique. », l’article des Inrockuptibles note : « Journaliste, Nicolas Sarkozy l’est un peu à sa manière, (...). En 1995, déjà, il publiait sous pseudonyme dans le quotidien Les Echos une série d’articles parfaitement documentés, ‘‘ Lettres de mon château ’’, mettant à nu, indiciblement, le Tout-Paris politico-médiatique. » [1]

Le choix des mêmes expressions accuse la ressemblance. Ainsi, lorsque Marie Bénilde explique : « En juillet 1994, l’actuel président de l’UMP devient simultanément ministre de la communication et ministre du budget du gouvernement de M. Edouard Balladur, ce qui lui permit d’être à la fois le décideur politique et le pourvoyeur de fonds publics des grands groupes de médias... », Les Inrockuptibles écrivent : « lorsqu’il se retrouve pourvoyeur en chef des fonds publics destinés aux médias. »...

Autre ressemblance extrêmement troublante : l’évocation du club Neuilly Communication que Nicolas Sarkozy crée en 1985. Parmi ses membres, les deux articles citent les trois mêmes oligarques : Gérald de Roquemaurel (président-directeur général d’Hachette Filipacchi Médias), Nicolas de Tavernost (président de M6) et le pourtant très peu connu Arnaud de Puyfontaine que Marie Bénilde présente comme le « patron de Mondadori France (ex-Emap France, troisième éditeur de magazines) » quand Laffeter et Durand évoque le « pdg du groupe Mondadori France, ex-Emap France, troisième éditeur de magazines... »

« Oui, mais c’est connu »

Dans l’article des Inrockuptibles, les éléments d’information sont très rarement « sourcés », alors qu’ils le sont dans l’article du Monde diplomatique... Ainsi, quand Marie Bénilde évoque la démarche de Jean-Pierre Elkabbach demandant son avis à Nicolas Sarkozy avant de recruter un journaliste chargé de suivre l’UMP pour Europe 1, elle renvoie à l’article du Canard enchaîné (du 22 février 2006) dans lequel l’information est sortie. Les journalistes des Inrockuptibles, eux, ne citent ni l’hebdomadaire satirique ni, bien sûr, l’article du Monde diplomatique.

Même différence quand Marie Bénilde évoque les débuts médiatiques de Nicolas Sarkozy : « En mai 1993, une spectaculaire prise d’otages dans une maternelle de Neuilly le fait connaître des téléspectateurs. ‘‘ Il était toujours devant les caméras, sans parler, rappelle Jean-Pierre About, rédacteur en chef au service enquête de TF1. [...] ’’ » Cette anecdote et la citation proviennent d’un livre de Claire Artufel et Marlène Duroux, Nicolas Sarkozy et la communication (Pepper, 2006) que Marie Bénilde mentionne en note de bas de page. Dans l’article de Durand et Laffeter, la petite histoire est reprise : « C’est d’ailleurs par un acte de bravoure fracassant qu’il débute sa carrière médiatique, en 1993, lors de la prise d’otage surmédiatisée de Human Bomb dans une école de Neuilly. » Mais l’information étant très connue, inutile de la « sourcer » ?

Autre exemple : lorsque l’article du Monde diplomatique cite Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus de Victor Noir (Denoël impact, 2005), celui des Inrockuptibles le cite aussi et, surtout, reprend exactement la même phrase : « Je sais tout ce qui se passe dans vos rédactions » [2]. Sur ce point, et sur les autres, Jean-Marie Durand, l’un des coauteurs de l’article explique à Acrimed : « Oui, mais c’est public, c’est connu. » Cela ne justifie donc pas de référence...

Derniers exemples : quand Marie Bénilde relate un propos de François Hollande, l’article du « news culturel » reprend la même phrase expliquant de Sarkozy qu’il serait « le nouveau présentateur du JT de 20 heures. » Et, enfin, quand Bénilde cite, en le nommant, Thomas Lebègue, journaliste à Libération, qui explique qu’avec le candidat UMP, « On [les journalistes] fait un peu office de sparring partner  », Durand et Laffeter écrivent qu’auprès des journalistes « transformés en ‘‘ sparring partners ’’, il [Sarkozy] teste ses formules et ses façons de voir. » « Oui, mais c’est connu », rétorque encore une fois Jean-Marie Durand.

Au mot près ?

Pas de plagiat avéré, peut-être, mais d’étonnantes proximités. Dans l’échange avec Acrimed, Jean-Marie Durand les justifie ainsi : « Je m’en souviens très bien. L’article de Marie Bénilde a nourri notre papier. Il y a des ressemblances, mais c’est quelque chose qui arrive souvent. Combien de fois il m’est arrivé de retrouver des articles des Inrocks ailleurs. » Alors ne nous plaignons pas. Les Inrockuptibles se font piller leurs articles (mais qui peut donc avoir une idée pareille ?), il est naturel qu’ils fassent de même... N’accablons toutefois pas trop les auteurs puisque, d’après Durand, « on avait mis le papier du Monde Diplomatique en référence, et il y a eu des coupes. L’article a été réalisé il y a plus de 6 mois, j’avais fait référence au papier, il a été coupé. »

L’hebdo bobo serait-il coutumier du fait et les ciseaux de Sylvain Bourmeau (directeur adjoint de la rédaction) ou de l’un de ses compères bien aiguisés ? En octobre 2006, Les Inrockuptibles pillaient Acrimed [3]. Les Inrockuptibles ont simplement mis sur le marché un article générique, comme un médicament..., sans mention d’origine (et sans effet sur le déficit de la Sécurité sociale) : une pratique, qui comme celle du plagiat, est trop répandue pour bénéficier de la moindre complaisance.

Comme l’écrit Serge Halimi : « En France, la technique la plus courante consiste à piller l’article d’un confrère, son analyse et ses données, tout en le citant une seule fois, en général sur un point tout à fait accessoire [4] » Marie Bénilde n’a même pas eu cet honneur. Mais l’article des Inrockuptibles a été cité dans la revue de presse de France Inter le 28 mars 2007 pour en extraire ... une des informations qu’on pouvait déjà lire dans Le Monde diplomatique en septembre 2006.


Grégory Rzepski et Mathias Reymond

 

Notes

[1C’est nous qui soulignons, ici et par la suite.

[2Au passage, le numéro de la page citée et le contexte de la citation ont disparu. Faute de place ?

[4Les Nouveaux chiens de garde, Raisons d’agir, 2005, p.73.

A la une

Nous, journalistes pigistes, exigeons le respect de nos droits

Une tribune de collectifs de journalistes pigistes

Petits reportages entre amis (macronistes) au JT de TF1

L’information selon TF1 : faire la pub d’un copain de Macron (et de sa start-up) au JT de 20h

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager