Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance ? » Procès, violences et répression

Les Cahiers du football condamnés pour injures

par Henri Maler,

C’était un magazine imprimé, c’est un site internet : Les Cahiers du football s’efforcent de parler du football à ceux qui l’aiment (mais on n’est pas obligé…) à contre-courant de ce que l’on peut lire, entendre et voir dans la plupart des journaux et des émissions dédiés au sport en général et à ce sport en particulier. Ils viennent de se faire condamner pour injure… et d’être contraints de renoncer à la version imprimée.

Dans Les Cahiers du football n°38 d’octobre 2007, sous le titre « La grosse sirène », Jean-Patrick Sacdefiel (qui a pris ce pseudonyme parce que, affirme-t-il, il « n’aime personne, et il tient à le faire savoir »), déversait en abondance son fiel satirique sur la tête de Denis Balbir : un journaliste sportif qui, après avoir commenté pendant dix-sept ans, les matches de football sur Canal Plus, a rejoint France 2 pendant un an, puis Orange Sport. Depuis septembre 2008, il est consultant dans l’émission « Europe 1 Foot » [1].

La page 5 du n°39 des Cahiers du football (détail).

Extraits de « La grosse sirène » :

« Peut-on assurer sa réussite professionnelle en rendant sourdes ou folles des générations de téléspectateurs ? Dans un monde qui gratifie autant l’abrutissement que la capacité à abrutir, cela ne fait aucun doute. C’est ainsi que Denis Balbir est parvenu à ce qu’il concevra comme une consécration – la lecture de prompteur sur le plateau de France 2 Foot –, grâce à une stratégie efficace à défaut d’être très fine : observer une rigoureuse […] sur le plan journalistique, mais s’affubler d’un signe distinctif, aussi insupportable soit-il. […] Si vous n’avez rien à dire, essayez de mugir : telle est la devise de cet hypertrophié de la glotte, […] Balbir, numéro 1 au vociféromètre. Gagnant d’être connu. […] »

Pourquoi ces extraits seulement ? Parce que les passages que nous avons coupés comprenaient des traits satiriques que la Cour d’appel de Metz a trouvé injurieux. Ainsi, alors que Denis Balbir avait été débouté en juin 2008 par le tribunal correctionnel de Metz, il a fait appel de cette décision et, en novembre 2009, il a (partiellement) gagné son procès contre le journal satirique, condamnés à verser 3.000 euros au plaignant.

Les attendus du jugement introduisent une bien étrange jurisprudence. En effet, le tribunal a jugé que certaines expressions « constituent des attaques personnelles et des injures publiques qui ne sont pas absolument nécessaires pour constituer un article satirique à l’égard d’un particulier ou d’un journaliste ». Faut-il comprendre que le tribunal juge les expressions non pour elles-mêmes, mais en fonction de l’idée qu’il se fait de ce qui est « absolument nécessaire » à la satire ?

Les Cahiers du football, déjà en grande difficulté financière, ont dû renoncé à se pourvoir en Cassation, en raison du coût du pourvoi et de l’énergie qu’il faudrait lui consacrer.

… Difficulté financière que la condamnation aggrave et qui a amené Les Cahiers à renoncer (provisoirement ?) à leur version imprimée.

Tout va donc pour le mieux dans le royaume de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.

Henri Maler

- Pour en savoir plus, lire, sur le site des Cahiers du football :

- « L’affaire Sacdefiel », 29 janvier 2008. Un article consacré au dépôt de plainte pour injures.
- « Relaxe, Take It Easy »”, 3 juillet 2008. Un article sur le jugement de relaxe en première instance.
- « Une défaite, mais pour qui ? », 18 novembre 2009. Le compte-rendu du jugement de la Cour d’appel.
- « Les Cahiers du foot : le magazine s’arrête à l’orange », 18 novembre 2009

 

Notes

[1Des informations plus complète sur Wikipedia.

A la une

Nous, journalistes pigistes, exigeons le respect de nos droits

Une tribune de collectifs de journalistes pigistes

Petits reportages entre amis (macronistes) au JT de TF1

L’information selon TF1 : faire la pub d’un copain de Macron (et de sa start-up) au JT de 20h

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager