Accueil > Critiques > (...) > Journalisme et politique

En bref

Le « gourou » de LFI et son « cheptel de militantes » : calomnies sur Public Sénat

par Henri Maler, Maxime Friot,

Samedi 24 septembre, Brice Couturier est sur le plateau de l’émission « Et maintenant ! » sur Public Sénat. Au programme (entre autres) : « L’Affaire Quatennens ». Brice Couturier pontifie et insulte…

Paroles d’expert : « Chacun qui travaille un peu sur la question de la sociologie des organisations sait que dans les sectes, en particulier, le gourou a une aura particulière et en profite généralement pour faire de l’abus sexuel. Là on est dans le cas de La France insoumise, c’est évident qu’on est dans le cadre d’une secte, […] » Faut-il comprendre que le « gourou » de la secte LFI profite de son rôle pour se livrer à des abus sexuels ?

Réactions minimalistes des autres participants : Vanessa Schneider du Monde, Alexandra Schwartzbrod de Libération et Georges-Marc Benamou.

Brice Couturier peut donc poursuivre tranquillement par une fine comparaison entre LFI et l’URSS de Staline, avant de confirmer sa diffamation contre Mélenchon et, ultra-féministe, sa calomnie contre les militantes, implicitement de La France insoumise : « […] Donc on est vraiment dans le cadre d’un parti qui n’a rien à voir avec un parti politique démocratique normal. Et dans le cadre d’une secte effectivement, le cheptel des militantes fait partie effectivement des prérogatives des chefs, et ils s’en servent. »

Réactions à peine moins minimalistes : « Tu peux pas accuser Mélenchon de ça », intervient Georges-Marc Benamou ; « c’est pas possible de laisser dire ça ! », enchaîne Alexandra Schwartzbrod.

Qu’en disent les justiciers qui sévissent dans les grands médias audiovisuels ? Et qu’en disent ses amis de Franc-Tireur, si toutefois Couturier est toujours leur collaborateur ?

Que l’on soutienne ou pas Mélenchon et LFI, comment peut-on tolérer les accusations à mots à peine voilés mais diffamatoires de Brice Couturier selon lesquels Mélenchon « gourou d’une secte » tiendrait à sa disposition un « cheptel de militantes » dont il pourrait abuser à sa convenance ?


Henri Maler et Maxime Friot


Annexe : La vidéo sur Twitter



PS : Un exemple du nuancier de Brise Couturier : ses tweets lors du mouvement des Gilets jaunes [1] :


 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Reporterre : La liberté d’informer attaquée

« Un journaliste de Reporterre est poursuivi pour avoir fait son métier : informer sur une action militante. »