Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Journalismes de microcosme

En Bref

Le Zemmour Tour, édition 2018

par Martin Coutellier ,

Éric Zemmour fait partie du petit nombre de polémistes dont chaque ouvrage est célébré par la crème de la profession à l’occasion d’une campagne promotionnelle multimédias : publication des bonnes feuilles, recensions nombreuses (critiques ou amènes), entretiens en tête-à-tête, invitations à participer à des débats, reprises et critiques de ses propos, puis chroniques et discussions autour de ses provocations, et finalement, débats sur l’intérêt d’inviter ou non Éric Zemmour, etc. Polémique après polémique, recueils de chroniques après essais « historiques » faussant l’histoire, de nombreux médias dominants alimentent ce type de séquence médiatique, qui ne nuit pas à l’audimat, et encore moins aux ventes du livre qui aiguise tant la curiosité des confrères d’Éric Zemmour. À quoi sert donc Éric Zemmour, superstar omniprésente ? Les réponses à cette question que nous avons publiées en 2010, puis en 2016 sont encore largement valables. Elles le sont d’autant plus qu’au cours de ce mois de septembre, et malgré les jérémiades chroniques de supporters criant à la « censure », il aura été difficile de ne pas entendre la voix du polémiste.

Si la rentrée littéraire 2018 fut moins prolifique que la précédente, on recensait tout de même 381 romans et 95 essais français publiés entre août et octobre. Parmi ces centaines d’ouvrages, celui qui suscita le plus d’attention médiatique, et de loin, fut sans aucun doute l’essai d’Éric Zemmour, paru le 12 septembre.

Comme de juste, c’est dans le Figaro Magazine, où Éric Zemmour publie une chronique chaque semaine, que commence la tournée promotionnelle : ses collègues lui offrent la couverture de l’édition du 7 septembre, dans laquelle on retrouve également les bonnes feuilles de son essai, aux côtés d’un article aussi long que dithyrambique sur sa vie, et son œuvre… Un article qui sera repris sur le « FigaroVox », les pages débat du journal sur internet. Le lendemain, le site Atlantico publie à son tour les bonnes feuilles du chef-d’œuvre. Le 10 septembre, un autre papier louangeur paraît dans L’Express sous la plume d’Alexis Lacroix, tandis qu’Éric Zemmour est l’invité d’Yves Calvi sur RTL.

12 septembre, jour de censure : absence totale d’Éric Zemmour sur les ondes télés et radio [1]… mais c’est pour mieux le retrouver en pleine couverture de Valeurs Actuelles arborant un fier « Grand entretien avec l’homme qui veut réveiller l’âme de la France », puis dans Le Point, où son livre fait l’objet d’un long papier, plutôt équilibré. Le 13 septembre, Alexis Lacroix raccourcit son article du 10 pour en faire son « billet », toujours dans L’Express. La censure frappe à nouveau le 14 septembre 2018, où aucun média, semble-t-il, n’a reçu Éric Zemmour.

Le 15, sur France Inter, Ali Baddou invite le polémiste à polémiquer avec Raphaël Glucksman et Natacha Polony. Le 16, il est invité à la table des « Terriens du dimanche », l’émission de Thierry Ardisson sur C8. La polémique née des déclarations d’Éric Zemmour lors de cette émission fera elle-même l’objet de plusieurs articles et émissions [2] . Le 17 septembre, Éric Zemmour se rend sur le plateau d’« Audrey & co » (LCI) avant de filer dans les locaux de BFM-TV, où Ruth Elkrief l’attend sur les coups de 19h30. Le 18, il est interviewé par Nicolas Beytout pour le site de L’Opinion. Un entretien qui explique sans doute son absence au débat organisé ce jour-là par Pascal Praud dans « L’heure des pros » (CNews), consacré aux propos que le polémiste avait tenus l’avant-veille [3]… Mais ce n’est que partie remise puisqu’il participe à l’émission du 20 septembre. Le 21, Éric Zemmour est à compter au rang des « grandes gueules » de RMC. Le 23 septembre, enfin, Le Point lui accorde un long entretien.

***

Pendant 10 jours, Éric Zemmour et son dernier livre furent donc presque quotidiennement présents à la télé, à la radio, ou dans les journaux – et sur les déclinaisons internet de ces médias. Cela sans tenir compte des kilomètres de textes et des tonnes de salive consacrées par ailleurs à le critiquer ou à le défendre. Faut-il le redire : que des journalistes et des producteurs d’émissions souhaitent inviter Éric Zemmour pour lui donner une tribune et/ou le confronter à d’autres intervenants, c’est leur droit le plus strict. Mais lorsque le débat public et médiatique est à ce point accaparé par une personnalité et cadré selon les sujets et les questions qu’elle pose, la place accordée à d’autres auteurs, d’autres ouvrages, d’autres thématiques et d’autres points de vue en est réduite d’autant. La question posée par la présence à haute fréquence d’intellectuels médiatiques de la droite extrême comme Éric Zemmour est donc surtout celle du pluralisme, puisque, du point de vue du temps d’antenne, ces voix sont les seules à pouvoir prétendre concurrencer celles des éditorialistes et des experts défenseurs de l’ordre social et économique établi. Disons-le d’une question : est-il possible de citer une personnalité de la gauche « hétérodoxe » bénéficiant d’une publicité comparable à celle faite à Éric Zemmour ? Nous y reviendrons…


Martin Coutellier

 

Notes

[1Sauf erreur de notre part : certaines apparitions médiatiques d’Éric Zemmour ont pu nous échapper !

[2Cette polémique a fait suite à une violente critique portée sur le prénom de la chroniqueuse Hapsatou Sy, à propos de laquelle Éric Zemmour a estimé que ses parents aurait dû choisir un prénom issu du calendrier chrétien. Dans une séquence coupée au montage, mais diffusée par la suite sur les réseaux sociaux, il a déclaré à la chroniqueuse : « Votre prénom est une insulte à la France ».

[3Sur l’exploitation et la prolongation de cette polémique sur les différentes chaînes du groupe Bolloré, voir l’article d’Arrêt sur images (réservé aux abonnés).

A la une

Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ?

Quand les éditorialistes condamnent « l’irresponsabilité » des manifestants pour mieux passer sous silence la responsabilité des autorités.

Humiliations policières contre les lycéens, Barbier et Giesbert complices

Des violences policières légitimées dans les grands médias.

Panique médiatique face aux gilets jaunes

Les éditorialistes se font conseillers en communication, arbitres de la légitimité des revendications et organisateurs du dialogue social.