Accueil > Critiques > (...) > Contre-réformes et mobilisations de 2003

Contre-réformes et mobilisations de 2003

Le Point défend l’immobilier contre l’obscurantisme populaire


L’Express,
Le Point et Le Nouvel Observateur se livrent une concurrence acharnée pour gagner des parts de marché au sein d’un lectorat dont le profil social est quasiment identique et que doivent séduire les « Unes » et les « dossiers ».

Dans cette guerre picrocholine, Le Point vient peut être de remporter une bataille d’importance. Voici la couverture qu’il propose à ses lecteurs le 30 mai 2003 à l’heure des contre-réformes et des mobilisations sociales de ce printemps 2003.

Au coeur de la contestation

Claude Imbert, dans le même numéro, ne se laisse pas démonter ni par les hausses de l’immobilier, ni par les grèves et les manifestations. Il géopolitise. Dans son éditorial, « Profit et pertes », on peut lire ceci : « La France a rêvé et rêve encore d’entraîner avec elle l’Europe communautaire. Mais plus de quinze pays sur vingt-cinq ne veulent pas d’une Europe-puissance à la française. (…) Autant dire qu’il nous faudra encore beaucoup « ramer » ! En espérant que le temps nous serve. Et que, dans notre pré carré , une résistance populaire et obtuse à la réforme  [1] ne vienne déplumer un panache très exposé. »

Crétins de grévistes et de manifestants qui feraient mieux de s’intéresser aux crédits immobiliers que de contrarier la politique européenne de la France…

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Souligné par nous.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »