Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Depuis 2010-2011 : Révolutions arabes, guerre de Libye, guerre en Syrie

La presse d’État en Égypte : comment assurer l’après-Moubarak ?

par Isabelle Mayault,

Nous publions ci-dessous, sous forme de « tribune » [1], une enquête réalisée le 10 mars 2011 (Acrimed).

Depuis la révolution, Yahia Ghanem est un homme occupé. Dans le hall des locaux d’Al Ahram, journal pour lequel il travaille depuis deux décennies, le journaliste raccompagne avec satisfaction vers la sortie un confrère du Guardian venu l’interviewer. Célèbre pour avoir été pendant le long régime de Moubarak le quotidien le plus institutionnel et pro-gouvernemental des médias publics du pays, Al Ahram cherche aujourd’hui une sortie de secours pour survivre dans l’Égypte de l’après-révolution.

Ghanem se fait le porte-parole de la métamorphose en cours. « Al Ahram n’est pas un simple journal, c’est un symbole culturel du pays, explique celui qui a récemment été promu rédacteur en chef adjoint. C’est 150 ans d’histoire, l’un des journaux les plus anciens du monde. Ça ne peut pas s’arrêter comme ça ». Une façon de rappeler qu’Al Ahram ne s’est pas seulement illustré par sa fidélité au régime de Moubarak puisque le journal existait déjà depuis plus d’un siècle quand le dictateur aujourd’hui déchu est arrivé au pouvoir.

Sur le ton peu convaincant d’un homme politique en campagne pour une élection prochaine, Ghanem fait la liste des réformes au programme : « Nous allons entreprendre des changements radicaux dans la Charte. Notre but, aujourd’hui, est de produire une nouvelle vision pour le pays. On est dans un processus de réformes radicales ». De fait, les tentatives se succèdent pour donner un nouveau visage au monument de la presse égyptienne (Al Ahram signifie « pyramides »). Au moment de la visite des locaux, mi-mars, la rédaction organisait des élections pour un nouveau rédacteur en chef. « Organiser des élections est encore à ce jour illégal, mais on s’en moque », annonce Ghanem, rebelle auto-proclamé.

La constitution alors encore en vigueur est claire : seule la chambre haute du parlement égyptien (Choura) peut nommer les responsables hiérarchiques des médias d’État. Un parfum d’école buissonnière flotte sur le bureau de vote improvisé dans les locaux d’Al Ahram, où les journalistes se succèdent pour voter. « L’ancien rédacteur en chef espérait pouvoir rester en poste après le départ de Moubarak », commente Ghanem. « On ne va pas aller jusqu’à le jeter dehors physiquement, mais il faut mettre fin au règne de la corruption dont il est devenu le symbole ». Sonnerie de téléphone, justement, c’est le rédacteur en chef qui appelle Ghanem. « Omar, habibi », lâche celui-ci, soudain beaucoup moins virulent. « Il veut que j’aille voir le ministre de l’Intérieur demain » explique Ghanem à la fin de sa conversation, avant de reprendre, imperturbable : « On va rendre Al Ahram au public ».

Rébellion, oui, mais dans le respect du protocole. Les trois noms arrivés en tête à l’issue du vote seront soumis au bon vouloir du Conseil Supérieur Militaire, qui assure la transition de l’exécutif jusqu’aux élections présidentielles de septembre. Ultimement, ce sont les membres de ce conseil qui choisiront le candidat qu’ils préfèrent pour ce poste. Pour limiter de nouvelles dérives, en revanche, la rédaction a établi des règles strictes pour leur futur rédacteur en chef : un mandat d’un an qui ne peut être renouvelé qu’après un bilan collectif des performances de l’année écoulée.

Quelques jours avant ces élections internes, un petit groupe de collègues de Ghanem ont organisé une conférence de presse pour présenter des excuses publiques à leurs lecteurs, officiellement pour la couverture des événements de Tahrir, mais dans la foulée, aussi, pour les deux dernières décennies. Une manœuvre qui n’a pas du tout plus à Yahia Ghanem : « Al Ahram était victime du système. La plupart des journalistes de la rédaction n’avait rien à voir avec le choix de la ligne éditoriale. En quoi est-ce que ça peut faire changer les choses de s’excuser au nom de ces gens là ? J’étais en faveur d’une explication en une du journal, mais pas comme ça, à une conférence de presse. Ceux qui s’excusent sont ceux qui se sentent coupables. Dans ce cas, il vaut mieux partir ».

Autre initiative, celle-là plus fructueuse : la publication d’un supplément quotidien de quatre pages, nommé Chebeb el Tahrir (Les jeunes de Tahrir), tenu depuis janvier par la frange jeune de la rédaction d’Al Ahram en réaction à la propagande faite par leur journal contre les manifestations. « C’est une joie de lire la presse égyptienne aujourd’hui, s’enthousiasmait récemment l’historien Rachid Khalidi lors d’une conférence à l’Université Américaine de Beyrouth. Et pas seulement la presse indépendante. Le supplément d’Al Ahram, Chebeb el Tahrir, c’est l’anti-Al Ahram. Et même le vrai Al Ahram a changé ».

Certains observateurs sont plus sceptiques sur les capacités de renouvellement d’institutions médiatiques dont l’image est encore plombée par les décennies de corruption passées. Hisham Kassem, ancien rédacteur en chef du quotidien indépendant Al Masri Al Youm, analyse : « Les médias d’État vont faire face à un énorme problème de confiance de la part du public pour la simple raison que ces médias ont reçu des sommes d’argent astronomiques de la part du pouvoir. Et malgré cela, quand ces médias ont compris que le vent tournait et que Moubarak allait partir, ils ont tout d’un coup défendu la révolution et changé de ligne éditoriale. C’est un manque d’éthique total. S’ils avaient été cohérents, ils auraient soutenu Moubarak jusqu’au bout ».

Le lectorat n’est pas dupe, les chiffres le prouvent : alors que les ventes d’Al Ahram sont continuellement à la baisse depuis le début de l’année, celles de Masri al Youm ont augmenté de 40%. « C’est impossible de changer à 180° de ligne éditoriale et de ne pas perdre sa crédibilité. C’est comme si du jour au lendemain, The Guardian devenait néo-libéral. Vous arrêteriez de le lire, non ? » argumente Hisham Kassem. L’autre problème qui se pose est celui du personnel. Al Ahram emploie 2000 personnes. Bien que Ghanem démente tout plan de licenciement à venir, Kassem estime au contraire que « après restructuration, 500 personnes au mieux pourront garder leurs emplois ». « Dans les années à venir, développe le journaliste indépendant, il n’y aura peut-être plus que un ou deux médias d’État. Les projets de nouveaux médias bourgeonnent mais tous sont des initiatives privées. Et je ne vois pas pourquoi le nouveau président du pays irait donner des fonds à des médias comme Al Ahram qui ont pendant si longtemps soutenu Moubarak ».

Isabelle Mayault, Beyrouth, 23 mars 2011

 

Notes

[1Les "tribunes" que nous publions n’engagent pas la responsabilité collective de l’association.

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »