Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance » ? Pressions, censures et collusions

La Tribune : un quotidien au service de son propriétaire ?

par Daniel Sauvaget,

C’est souvent sur des détails secondaires que résident les preuves les plus éclairantes (mais qui a encore besoin de ces preuves ?) du pouvoir exercé par un propriétaire de journal. Une anecdote récente concernant le quotidien économique la Tribune montre que lorsque l’intérêt du propriétaire le commande, les règles déontologiques sont bafouées, et l’information du lecteur de cette presse spécialisée risque d’être biaisée. La manière dont le propriétaire du quotidien a pesé sur les choix rédactionnels en mai dernier montre la relativité des remparts de la déontologie face à l’argent.


La Tribune
appartient en effet à Bernard Arnault, capitaine d’industrie bien connu engagé dans une grandiose politique d’acquisition d’entreprises du secteur luxe, qui s’est violemment heurté à la concurrence d’une autre célébrité, François Pinault [1]. Vengeance, règlements de comptes ? la Tribune a visiblement réservé un sort spécial à la situation financière du groupe Pinault et à son évolution.

Arnault, tout puissant président du groupe de luxe LVMH (Louis Vuitton-Moët-Hennesy), s’est mis en tête il y a une dizaine d’années de devenir à son tour un patron de presse. Après avoir réfléchi au rachat du Figaro, il a racheté en 1993 la Tribune à un George Ghosn mal en point, puis un hebdomadaire boursier, Investir [2]. Depuis, chaque mention du nom d’Arnault ou de LVMH dans la Tribune est scrupuleusement pourvue d’un renvoi rappelant au lecteur qu’il s’agit du propriétaire du journal qu’il a sous les yeux. Malgré cette précaution déontologique (ou simple coquetterie à l’américaine) les choses se sont donc compliquées récemment.

En effet le PDG s’est mis en tête d’acquérir le groupe Gucci qu’il comptait ajouter à un éventail commercial prestigieux (Dior, Kenzo, Lacroix, Givenchy, Guerlain). Or c’est Pinault (Printemps, FNAC, Redoute, etc.) qui est parvenu, au terme de péripéties financières plus ou moins complexes, à s’emparer de Gucci au nez et à la barbe d’Arnault - qui ne saurait pardonner un tel affront… D’où une série de procès : accusations d’espionnage industriel, procès en chaîne, plainte d’Arnault contre la banque-conseil de Gucci, de la banque contre Arnault, etc. Sans oublier les rumeurs selon lesquelles un livre paru sur B. Arnault, et d’ailleurs boudé par la presse, aurait été suscité par Pinault…

Ces stratégies et procédures ont eu des conséquences sur la rédaction de la Tribune.

Ainsi le quotidien a accordé une large place au livre de son ancien directeur de la rédaction, François Roche : François Pinault - l’empire menacé, paru récemment - coïncidence : Arnault venait de porter plainte contre l’auteur et l’éditeur du livre qui lui est consacré (l’Ange exterminateur, ou la vraie vie de Bernard Arnault, par Airy Routier, chez Albin Michel) et qui n’est pas moins tendre avec lui que ne l’est le livre de Roche sur Pinault.

Directement (par le rédactionnel) et indirectement (par la place accordée au livre), le quotidien a noirci la situation du groupe Pinault. Il a distillé l’information défavorable à l’adversaire à la veille de l’assemblée générale des actionnaires de LVMH, le groupe dont il dépend. Ce qui n’était que rumeur a finalement été rapporté dans le Monde des 18/19 mai 2003 (page 15) : les journalistes du quotidien économique se plaignent des stratégies du patron, et le bureau de la Société des journalistes a fini par démissionner. L’actuel directeur de la rédaction aurait reconnu que les relations entre le groupe Pinault et LVMH « pourrissent la vie » des journalistes chargés de suivre ces entreprises.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Arnault et Pinault ont un point commun : les enquêtes sur le Crédit Lyonnais ont montré que ce sont deux des entrepreneurs dont la croissance a été le plus « accompagnée » par la banque à l’époque de ses grandes folies - avec les Tapie, Lagardère, Bolloré, et autres Bouygues.Et Pinault, dont l’empire s’est étendu de l’industrie du bois au commerce de détail et aux grandes surfaces culturelles, à la finance, au sport professionnel, est devenu à son tour, en 1998, patron de presse grâce au rachat de l’hebdomadaire Le Point.

[2Le pôle médias de LVMH comprend également Radio Classique et Connaissance des Arts

A la une

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »

L’ode au « pragmatisme », dans les médias dominants US

Vous avez dit pragmatisme ?