Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Contre l’oubli, contre l’amnésie

John McCain dans les médias français : l’engouement pour une blanche colombe !

par Pauline Perrenot,

Dépolitisation et canonisation : voilà les deux revers du portrait qu’ont brossé bon nombre de rédactions françaises à John McCain, à l’occasion de son décès le 25 août dernier. S’inspirant largement et sans la moindre distance critique de la tonalité donnée par la presse dominante états-unienne, et reprenant à leur compte la figure du « héros de guerre », du « franc-tireur dépassant les clivages politiques » ou encore de « l’anti-Trump », les médias dominants ont donné au public français une vision pour le moins déformée du sénateur républicain. Et si l’exaltation du patriotisme est allée bon train, c’est au prix de l’information internationale, qui a quant à elle fait un nouveau bond en arrière.

La durée des funérailles et l’élogieuse couverture dont a bénéficié John McCain dans la presse aux États-Unis expliquent sans doute, en partie, que sa mort ait autant « fait événement » dans les médias français. À moins que ses différends avec Donald Trump n’aient réveillé l’appétit des rédactions pour les guéguerres entre puissants, réserve intarissable de petites phrases dont elles raffolent. Toujours est-il que les médias français ont largement couvert la mort du sénateur, bien davantage qu’ils ne l’ont jamais fait pour tout autre responsable politique étranger de sa « stature ». Entre le 27 et le 28 août, les quatre principaux quotidiens nationaux ont tous arboré en « une » la nouvelle de son décès au gré de titres qui auguraient de la tonalité des portraits esquissés dans les pages intérieures :



Le Monde, 28 août



Libération, 27 aout



Le Figaro, 27 août



Le Parisien, 27 août


« Rebelle », « franc-tireur politique », « héros de l’Amérique » : autant d’expressions héritées des portraits de la presse états-unienne que les quotidiens français s’approprient volontiers, et bien qu’elles fassent l’objet de critiques par certains de leur confrères outre-Atlantique à l’égard des médias de leur propre pays, comme le mettait en valeur le journaliste de Fair, Ben Norton, dont nous avons traduit un des articles. Ces critiques mobilisent notamment le concept « Obit Omit » [1], que le journaliste Mehdi Hasan [2] résume en ces termes au cours d’une émission disponible sur le site de « Democracy Now » :

[Le phénomène « Obit Omit »] est une des choses que je retiens de ces derniers jours, après avoir observé la façon dont certains médias traitaient la mort de McCain – plus proche de l’hagiographie que du journalisme. On nous dit ce que McCain savait bien faire et ce pourquoi il était admiré, mais on n’entend pas parler de certains épisodes plus sombres de son histoire politique. Il n’y a pourtant rien de mal à mettre en lumière les côtés sombres de la carrière d’un homme politique, autrement dit, d’une figure publique. Il ne s’agit pas de se réjouir de sa mort. Il s’agit simplement de parler de ce qu’il a fait... [3]

Un travail que prendra en charge le journaliste, évoquant pêle-mêle les positions réactionnaires du sénateur, les scandales financiers auxquels il fut mêlé, ses discours va-t-en-guerre et son engagement acharné en faveur des interventions militaires, qu’il s’agisse de l’Irak, de la Syrie, du Yémen, de l’Iran, etc. [4].


« Portrait hagiographique » vs journalisme

À première vue, les grands médias français sont tombés dans le même travers. C’est en tout cas l’impression qu’en donnent les portraits intérieurs des quatre quotidiens nationaux précédemment cités : du « C’était un géant » qui surplombe le dossier du Parisien, au « Tombé en héraut », qui occupe une demi-page de celui de Libération [5], les lecteurs peu au fait de la carrière politique de John McCain en auront en effet un a priori partial et partiel. Et ce n’est pas la lecture des portraits en question qui leur fournira une vision nuancée – et encore moins critique – de la carrière politique du sénateur. Car les quatre journalistes – dont deux sont des correspondants, dans le cas du Figaro et de Libération – rivalisent d’expressions plus louangeuses les unes que les autres. Florilège :

- Totem quasi consensuel, à droite comme à gauche. L’archétype rassurant de l’american hero à la mâchoire carrée et au regard droit, patriote et libre-penseur. (Libération. Le journal parle tour à tour de « la geste du héros McCain », de « la légende McCain » et de « la mythologie McCain »).

- Le sénateur le plus connu à l’étranger et le plus anticonformiste. (Le Monde)

- Un rebelle en perpétuel état d’indignation, mais qu’est-ce qu’un « rebelle sans une cause juste ? » insistait-il ? La sienne, la cause de sa vie, était la défense de la démocratie. (Le Monde)

- Cet homme entier et sanguin – mais aussi spontané, original et imprévisible –, n’avait de pire ennemi que lui-même. Durant toute sa carrière, il oscilla entre le franc-tireur et le soldat, le héros et le rebelle. « Je suis un vieux crabe et j’ai plus de cicatrices que Frankenstein », plaisantait-il en briguant la présidence à 71 ans. (Le Figaro)

- Il avait trompé la mort à maintes reprises. Elle l’a finalement rattrapé. […] Une dernière bataille pour ce héros de guerre, unanimement honoré aux États-Unis pour ses faits d’armes lors de la guerre du Vietnam. Un héros militaire devenu une figure non conformiste de la politique américaine. (Le Parisien).

En revanche, les journalistes se montrent bien plus précautionneux au moment d’évoquer – et d’évoquer seulement ! – certains « faits d’armes » du sénateur, jugés moins « glorieux ». Quelques exemples :

- En politique étrangère, il a été taxé d’ « ultra-faucon » pour son militarisme. (Libération)

- En mettant Sarah Palin sur le devant de la scène politique et médiatique, c’est le génie du populisme que McCain a fait sortir de la lanterne américaine. L’année suivant l’élection, elle deviendra l’égérie du Tea Party, considéré comme l’antichambre du trumpisme. « Je ne crois pas qu’il ait compris ce qu’il faisait à l’époque » avance l’éditorialiste du New York Times David Brooks. (Libération)

- John McCain ne rechignait pas à la blague facile ou de mauvais goût. En 2007, il a chanté « Bomb Bomb Iran » sur un air des Beach Boys [lors d’un meeting public, NDLR]. (Le Monde)

- Pour sa deuxième campagne en 2008, […] il procède à une offensive de charme en direction de la droite fondamentaliste – un spectacle « pas très joli à voir », décrira le Washington Post. (Le Monde)

Et cætera.

Évidemment, charge au lecteur de chercher par lui-même à quoi put bien ressembler ce « spectacle "pas très joli à voir" », car le journaliste du Monde ne prendra pas la peine de le lui décrire.

Les positions les plus « polémiques » du sénateur – toujours selon la grille de lecture des médias dominants – sont ainsi quasi systématiquement euphémisées, voire passées sous silence. Au contraire, l’exaltation de la carrière du militaire et de sa bravoure, plus ou moins scénarisée selon les plumes, comme nous le verrons, contribue à véhiculer une vision de la guerre du Vietnam, aseptisée, et systématiquement occidentalo-centrée. Quasiment impossible, en effet, de trouver dans cette séquence médiatique un son de cloche un tant soit peu distancié de l’ultra patriotisme et du militarisme ostentatoire qui prévalent aux États-Unis et qui tendent à célébrer et à glorifier comme des « héros » les vétérans de chaque guerre américaine.

Si au Monde, on fait mine un instant de s’interroger sur ce que recouvre ce statut de « héros de guerre » systématiquement accolé au nom de McCain, on rétropédale dans le même mouvement : « En 1973, après les accords de Paris mettant fin à la guerre du Vietnam, John McCain est décoré par Richard Nixon. Une photo, symbole de l’héroïsme, malgré tout, de cette sale guerre, le montre en grand uniforme blanc de la Navy, sur des béquilles, le corps désossé, la chevelure entièrement blanche. » À Libération, pas de scrupule en revanche, on trouve même ça très fun : « Le biopic de John McCain serait un blockbuster, tout en avions de chasse et en actes de bravoure, l’hymne américain en bande-son. » Quant au Figaro, nul ne sera surpris que l’évocation des faits d’armes de McCain suscite des tirades enflammées pour les « valeurs militaires » : « Il avait fallu cette terrible épreuve de la captivité, cinq années durant, pour que le jeune McCain se sente l’égal de ses aïeux. Alors que ses tortionnaires le pressaient de confesser d’hypothétiques "crimes de guerre" en lui disant : "Personne ne le saura", il répondait : "Moi je le saurai." » ; ou encore, « Sans la discipline et les vertus militaires – sens de l’honneur, amour de la patrie, loyauté, dignité –, le sénateur John McCain ne serait certainement pas devenu l’un des piliers du Congrès américain. »

Sans compter que dans certains cas, l’empathie journalistique vis-à-vis du « héros de guerre » se fit au prix de petits arrangements avec la vérité :

Ce « maverick » (franc-tireur) n’hésitait pas à rompre avec sa famille politique au nom des principes. Sur l’Irak, il fut le premier républicain à critiquer la stratégie américaine. (Le Figaro)

Une information pour le moins incomplète et donc malhonnête, puisque le journaliste ne dira rien au lecteur du jusqu’au-boutisme va-t’en-guerre de McCain sur l’Irak [6] – ce qui n’est nullement contradictoire avec le fait de critiquer… une stratégie militaire ! Dans le cas de France 2, c’est encore pire :

Conservateur sur l’avortement ou le port d’armes, il était progressiste sur les questions d’environnement, d’immigration, critique sur l’intervention en Irak et l’utilisation de la torture. (JT de 20h, France 2, 26/08)

Probablement la rédaction de France 2 n’a-t-elle pas jugé bon, au moment d’inventer McCain « critique sur l’intervention en Irak », de se documenter un tant soit peu sur la question [7]. Quant au prétendu « progressisme » de McCain sur les questions d’immigration, nous ne saurions que conseiller à cette même rédaction la lecture du très gauchiste Challenges, qui écrivait en janvier 2017 : « Interrogé sur le mur [à la frontière avec le Mexique, NDLR] voulu par le président, le sénateur républicain John McCain a souligné qu’une barrière physique n’était pas suffisante pour sécuriser la frontière et a demandé des moyens de surveillance supplémentaires, notamment la construction de tours d’observation et l’utilisation de drones. "Il est facile de faire une brèche dans un mur", a commenté le sénateur de l’Arizona, État frontalier du Mexique, sur la chaîne de télévision MSNBC. »

Une déclaration d’un progressisme décapant, en effet.


De l’art du portrait médiatique, ou la dépolitisation en actes

On peut émettre plusieurs hypothèses pour tenter d’expliquer le peu de rigueur – voire la désinformation – de cet épisode médiatique. Le genre même du « portrait » tout d’abord, tel que le pratiquent les médias dominants, a largement desservi l’information. De très nombreux articles ont en effet versé dans le registre de l’empathie envers l’individu John McCain, bien plus qu’ils n’ont fait l’analyse du parcours politique d’un élu républicain américain. Si le premier angle n’est pas nécessairement à bannir, ni même synonyme de mauvais traitement journalistique, il le devient dès lors qu’il oblitère l’explication des prises de position et des choix politiques du sénateur. Et ce fut le cas dans bon nombre de portraits, où les éléments intimes ont pris le pas sur la politique, pour le plus grand bonheur du « mythe McCain ». À commencer par une mise en scène voyeuriste du cancer du sénateur, intervenant souvent – et fort mal à propos – au beau milieu de considérations politiques :

- Il était un monument de la politique américaine. Sénateur de l’Arizona pendant plus de 30 ans, John McCain luttait depuis l’année dernière contre un cancer. Une tumeur au cerveau qui a fini par l’emporter. « Pour être honnête, je suis une démocrate, mais je l’aime. Il prenait soin de nous, il nous écoutait », confie une Américaine sur le sillage de son cortège. Malgré la maladie, il défend ses convictions jusqu’au bout. (France 3, JT de 12/13, 26/08)

- Il y a un peu plus d’un an, John McCain s’exprime devant le Sénat. Au-dessus de son œil, une cicatrice, séquelle d’une première opération d’un cancer au cerveau particulièrement agressif. Jusqu’au bout pourtant, le sénateur républicain refusera de démissionner. (LCI, 26/08)

- La geste du héros McCain retiendra probablement ce pouce en bas dans l’arène du Sénat le 25 juillet 2017, quelques jours après l’annonce de sa maladie. Revenu à Washington contre l’avis des médecins juste après une chirurgie, la cicatrice au-dessus de l’arcade encore sanguinolente, John McCain avait, par son vote contre, condamné une tentative d’abrogation de l’Obamacare. (Libération, 27/08)

Quoique de manière moins flagrante que dans les tabloïds, c’est par la systématisation de ce glissement que la presse d’information politique et générale participe du phénomène de « peopolisation » de la vie politique, au grand dam de la vie des idées et de l’information sur les clivages et les rapports de force politiques.

Prenons l’exemple du Figaro, cité précédemment (27/08). Sur un portrait d’une demi-page, les lecteurs auront appris que McCain était « un homme entier et sanguin – mais aussi spontané, original et imprévisible », qu’à 94 ans, sa mère « avait fait un tour d’Europe en voiture et, comme on refusait de lui en louer une, [avait] acheté une Mercedes », que « dans la famille McCain, on n’a jamais été du genre à se laisser dicter ses décisions par les autres », que le grand-père de McCain « roulait lui-même ses cigarettes, jurait et buvait sec », que « tout petit, il exprimait sa colère en retenant sa respiration jusqu’à s’évanouir ». Autant d’informations fort utiles pour qui chercherait à cerner les positions politiques du sénateur. Et quand le journaliste du Figaro aborde des questions proprement politiques, ces dernières, reléguées au statut d’informations périphériques, n’ont au bout du compte qu’une valeur illustrative de la personnalité du sénateur :

À un collègue du Texas qui voulait amender sa proposition de loi sur l’immigration, il avait lancé : « Va te faire foutre. » « Il est instable, il s’emporte et devient tout rouge », disait le républicain du Mississipi Thad Cochran. « Si mes détracteurs m’avaient connu au lycée, ils s’émerveilleraient de la retenue et de la douceur que j’ai acquises à l’âge adulte », répondait l’intéressé.

Inutile de dire que le lecteur n’apprendra rien de consistant au sujet de cette proposition de loi sur l’immigration, pas plus que des amendements la concernant. L’aura « colérique » du sénateur, nourrie dans de très nombreux articles par la description d’une jeunesse dite « turbulente », ne sert par ailleurs qu’à renforcer le mythe de l’ « anticonformiste » et du « franc-tireur », que les journalistes construisent et entretiennent.

Si tous les médias ne maîtrisent pas l’art de la psychologie aussi bien que Le Figaro, une majorité d’entre eux accordent une place disproportionnée aux éléments biographiques et personnels. Une tendance qui ne sera que très rarement compensée par la publication, dans d’autres rubriques ou sous d’autres plumes, d’articles « complémentaires » dédiés au parcours politique du sénateur. La dépolitisation est même montée d’un cran pendant la couverture des obsèques, en particulier lorsque l’on pointe le type de « parole » ayant alors eu droit de cité dans les articles. Qu’il s’agisse d’extraits de discours prononcés par des responsables politiques ou de micro-trottoirs – nécessairement louangeurs –, les journalistes ont bien souvent pris ces témoignages pour argent comptant, en les endossant voire en les amplifiant d’une part, et sans estimer utile, d’autre part, de relayer d’autres points de vue. C’est ainsi que pour le plus grand bonheur du pluralisme, on put lire par exemple :

- C’est un homme droit, courageux, intègre, parfois colérique, souvent drôle, capable de surmonter les différences et attaché aux valeurs fondamentales du pays qui a été évoqué tout au long de cette cérémonie. Elle a rassemblé des personnalités de tous horizons, plus de trois mille personnes venues célébrer la mémoire d’un homme qui tout au long de sa vie a tenté d’unir les Américains plutôt que de les diviser. (RFI, 1/09)

- C’est son dernier voyage. […] [Au Congrès], il avait défendu une tradition politique de civilité et marqué la politique américaine au-delà des barrières idéologiques. […] « C’est simplement quelqu’un que nous admirons », a déclaré au quotidien local Capital Gazette Sam Smith, un employé fédéral à la retraite de 71 ans. « Il a toujours été un champion du peuple », a-t-il expliqué. (Ouest France, 2/09, à partir d’une dépêche AFP reprise également par L’Express)

… ou encore entendre, notamment à l’occasion de la toute première chronique « Géopolitique » de Pierre Haski dans le « 7/9 » de France Inter, qui nous fit (presque !) regretter son prédécesseur Bernard Guetta :

[…] ce que les Américains et le monde préfèrent honorer aujourd’hui, se résume en un mot : la décence.

Comme nous l’écrivions dans notre précédent article, « au-delà d’une simple « maladresse » journalistique, c’est bien l’amnésie dont sont régulièrement frappés les médias dominants en de telles circonstances qui interroge, ces derniers se faisant une fois encore les relais dociles de la représentation dominante d’un personnage dominant. » Ressort parmi d’autres de cette représentation dominante, la « peopolisation » du « personnage » McCain a effectivement tourné à plein régime : du commérage médiatique à l’information-spectacle, il n’y a qu’un pas… qui fut franchi par une partie de la presse quotidienne régionale et de la presse people. Le site du Dauphiné Libéré, par exemple, publie des articles uniquement constitués de diaporamas :



Suivisme et paresse journalistiques

Autre élément expliquant la pauvreté de la couverture journalistique française : le mimétisme et le suivisme des grands médias entre eux. [8] En effet, et malgré quelques (minces) nuances selon les titres, l’information concernant John McCain s’est cantonnée à « cinq moments clés », comme le résument, par exemple, le titres du Parisien (26/08) ou du JDD (26/08) :



Cinq « figures » ou « événements » que l’on retrouve pratiquement dans chaque portrait médiatique : le « héros de guerre », la défaite en 2000 aux primaires républicaines contre George W. Bush, la défaite aux présidentielles contre Obama en 2008, le vote qui sauve l’Obamacare que Trump voulait mettre à mal, et, enfin, l’ultime « pied de nez » de McCain à Trump, ayant refusé la présence de l’actuel président à ses funérailles.

Cinq « événements » qui, dans bien des cas, constituent l’unique matière des articles, mal traités qui plus est. Ainsi de la campagne de 2008 : loin de revenir sur ses mots d’ordre et encore moins sur le programme ultra-conservateur alors porté par le candidat McCain, de nombreux journalistes l’ont résumée à une vidéo, « devenue virale » le jour de la mort du sénateur. Une vidéo dans laquelle John McCain rabroue une militante en plein meeting, après que cette dernière a traité Obama d’« Arabe ». Loin d’apporter un quelconque éclairage sur la campagne de 2008, cette anecdote qui sert évidemment l’image du sénateur, est ainsi devenue un « événement » à part entière. Une première fois par la « magie » des réseaux sociaux, et une seconde, grâce aux médias dominants… Que dire finalement d’un journalisme qui choisit cette vidéo comme unique symbole de la campagne des Républicains en 2008 ? Ainsi, par exemple, de TF1 ou de France Inter :

- Un parcours qui le conduira en 2008 à être candidat à la présidentielle : [Extrait d’un discours de McCain :] « Je ne veux pas être président pour être quelqu’un, mais pour faire quelque chose ! » Il fait campagne contre un certain Barack Obama avec un sens de l’honneur acquis à l’époque où il était militaire (sic). Il recadre ainsi une militante de son parti qui tenait des propos racistes. (JT de 20h de TF1, 26/08)

- Ce que les Américains et le monde préfèrent honorer aujourd’hui, se résume en un mot : la décence. Résumée par une scène rediffusée depuis hier, celle où le candidat McCain en 2008 est interpellé par une Américaine qui lui dit qu’elle n’a pas confiance en Barack Obama parce que, selon elle, c’est un Arabe… McCain l’interrompt et la contredit, faisant l’éloge de son opposant démocrate alors qu’il aurait pu engranger quelques bénéfices politiques en la laissant parler. Ce respect, au-delà des différences, c’est ça qu’on peut appeler la décence en politique. (Pierre Haski, France Inter)

Pour un bilan sur la décence en journalisme, les auditeurs attendront.

Cette liste d’approximations et de raccourcis en dit aussi long sur l’état du journalisme dominant, inféodé pour partie aux logiques des réseaux sociaux et à la course à la publication. Des contraintes qui amènent les journalistes à se copier entre eux, dans des temps extrêmement restreints et dans des formats qui ne laissent aucune place à une analyse digne de ce nom. Des contraintes qui, ajoutées à de nombreux biais idéologiques, fabriquent des « mythes journalistiques », comme l’assimilation de McCain à un symbole « anti-Trump ».


McCain, « l’antithèse de Trump » : un dernier mythe journalistique

« L’Amérique rend hommage à John McCain, "l’anti-Trump" » titrait l’AFP dans une dépêche reprise par Le Monde, Le Point, Le Figaro ou encore La Dépêche. Pour Pierre Haski sur France Inter, et selon le titre de sa chronique, McCain était « l’antithèse de Trump » (1/09), « l’un des plus farouches opposants à Donald Trump » selon les mots du Monde (26/08) et de France 2 (JT de 20h, 26/08). À son tour, le JDD parle du « deuil de l’autre Amérique » (1/09), quand, pour L’Obs, Trump et McCain représentent « deux visions irréconciliables de la droite américaine » (3/09).

Voilà le dernier ressort de la réhabilitation médiatique de John McCain : opposer le sénateur à Donald Trump selon une opposition binaire et parfaitement manichéenne. « Trump est méchant, donc ceux qui le critiquent d’une quelconque manière sont gentils » serait une façon – à peine caricaturale – de résumer le « raisonnement » que dénonçait déjà Pierre Guerlain [9] dans son blog de Mediapart : « Ce que dit cette héroïsation d’un va-t-en-guerre réactionnaire, sexiste et raciste par des médias de qualité qui se disent progressistes est grave. Les esprits trumpisés des médias ne pensent plus qu’en termes manichéens : quiconque critique Trump devient ipso facto quelqu’un de bien ou de recommandable. »

Un tant soit peu de recherches auraient pourtant permis aux journalistes de constater, comme le remarque le journaliste Mehdi Hasan au cours de l’émission de Democracy Now [10], et selon une recension effectuée sur le site « FiveThirtyEight », que 83 % des votes de McCain au Sénat allaient dans le sens de ceux de Trump. Quant à l’emballement médiatique autour du vote qui fit échouer la casse de l’Obamacare, le même journaliste nuance, remettant les positions politiques de McCain en perspective : « Vous avez aussi parlé de son fameux vote – salutaire – vote de dernière minute rappelons-le – contre l’Obamacare [11] l’an dernier - pardonnez-moi, pour l’Obamacare, pour sauver peu ou prou cette réforme l’an dernier. Mais c’est oublier que son vote en faveur des réductions d’impôts voulues par Trump allait par ailleurs à rebours de l’obligation de souscrire une couverture de santé inhérente à l’Obamacare. » [12]

Deux exemples qui suffisent à nuancer la figure de « l’anti-Trump » dont se repaissent les grands médias, et qui, en outre, ne repose sur rien d’autre que… des bruits de couloir, la collecte de petites phrases (principalement issues de Twitter) et les bagarres interpersonnelles que se sont livrées publiquement les deux hommes politiques. Autrement dit, une couverture à nouveau superficielle, que résume par exemple un article de France Info, construit principalement à partir de quelques tweets, « punchlines » et autres vidéos d’imitations grotesques [13] :


Évidemment, on retrouvera la même série de tweets au détour d’autres médias, comme dans cet article publié par LCI :


Vous avez dit misère de l’information ?

Ainsi, également, des commentaires du correspondant à Washington pour France 2, en duplex pour le JT de 20h le 26 août :

Loïc de la Mornais : John McCain considérait que Donald Trump n’était pas digne d’occuper le bureau ovale de la Maison Blanche. Alors Donald Trump le lui rendait bien puisqu’il avait même mis en doute son statut de héros de la guerre du Vietnam disant que comme John McCain avait été capturé, et bien ça ne faisait pas de lui un héros mais plutôt un « loser », c’est-à-dire un perdant, c’est vous dire le niveau de détestation entre les deux hommes.

Ou encore de Pierre Haski sur France Inter :

Un monde sépare la scène que je viens de rappeler de la riposte pathétique de Donald Trump à John McCain, pourtant républicain comme lui, qui venait de le critiquer : « je préfère les héros qui ne se sont pas fait capturer », a-t-il tweeté, en référence à la longue captivité de l’ancien pilote au Vietnam. Un comble quand on sait que Donald Trump s’est arrangé pour échapper à la conscription !

Un comble, en effet…

Une chose est en tout cas certaine : les journalistes, emboîtant le pas de leurs collègues et de tout l’establishment états-uniens, font sans sourciller valoir leur position… comme nous y a habitué Bernard-Henri Lévy, visiblement émoustillé devant tant de gloriole militaire et d’union nationale, et dont nous restituons pour conclure le touchant hommage [14] :

Et je revois, en boucle, les bouleversantes images des funérailles de John McCain, ce Grand d’Amérique, qui aura accompli le prodige de rassembler autour de sa dépouille, dans la cathédrale de Washington DC, tout ce que l’Amérique compte de serviteurs de l’État honnêtes ou, tout simplement, normaux : comme toujours, et singulièrement quand elles sont historiques, les vraies images manquent d’interprètes ; mais, des démocrates honorables aux républicains décents, de Barack Obama à George W. Bush réhabilité par effet de contraste, des hauts fonctionnaires des deux bords en passant – qui sait ? – par l’auteur anonyme de la tribune du NYT qui, tel une sorte de Fantômas ou de vengeur masqué, était peut-être là, noyé dans la foule des endeuillés, des néocons aux néocools, de l’aristocratie des campus à ceux qui, quel que soit leur bord, ne badinent pas avec l’amour du drapeau et l’intérêt bien compris de l’Amérique, ils étaient tous présents, absolument tous, comme pour dire leur opposition sourde au vieil enfant testostéroné parti, lui, jouer au golf.


***


Si les hommages nécrologiques des médias dominants ne font généralement pas bon ménage avec l’information, le blanchiment quasi unanime de la carrière politique de John McCain vient confirmer que l’information internationale reste le parent pauvre du journalisme. De la fabrication de mythes en révisions historiques, de portraits dépolitisés en récits anecdotiques scénarisés à outrance, les médias français ont repris tous les travers de la presse états-unienne. Mimétisme, incompétence sur le sujet, « enquêtes » bâclées sur les réseaux sociaux, manque de temps sont autant de facteurs pouvant expliquer l’indigence de cet épisode médiatique. Des facteurs structurels auxquels s’ajoutent des cadrages idéologiques quasi identiques au fil des titres de presse, plaqués sur la vie politique américaine au mépris non seulement du pluralisme, mais également, comme nous l’avons vu, de la réalité des faits. Loin d’être anodine, cette uniformité de traitement trahit le consensus qui semble opérer dans les médias dominants autour du sentiment patriotique et l’évidente fascination pour tout ce qui… fascine outre-Atlantique. Tant et si bien que les journalistes français, plutôt que de rendre compte (brièvement) de l’engouement médiatique et d’une partie du public aux États-Unis, se sont identifiés à leurs confrères et, le nez dans le guidon, ont largement participé à cet engouement. Jusqu’à offrir à cet événement une couverture sans aucun recul et d’une ampleur totalement disproportionnée – notamment lorsque l’on a en tête la portion congrue réservée à l’information internationale dans la plupart des médias dominants.

« Le récit de la vie de John McCain serait un roman de guerre » pariait la correspondante de Libération à New York dans l’édition papier du 27 août. Une chose, en tout cas, est sûre : si des éditeurs s’avéraient intéressés, certains journalistes français pourraient prétendre à en être les auteurs.


Pauline Perrenot


Annexe : pages intérieures du Parisien et de Libération (éditions papier du 27 août)


 

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Mot-valise composé d’une contraction de « obituaries » - littéralement « rubrique nécrologique » et de « omit » signifiant « omettre ».

[2Mehdi Hasan écrit pour le journal en ligne The Intercept dans lequel il anime également des émissions, tout comme sur le site de Al Jazeera English.

[3Notre traduction.

[4On peut se référer à l’émission précédemment citée, disponible (en anglais) sur le site « Democracy Now ! » – le verbatim complet y est également disponible.

[5Voir les annexes ci-dessous.

[7On pourra notamment relire « les projets très impériaux du sénateur John McCain », exposés par Le Monde diplomatique en février 2008 et précédemment cités, ou encore L’Express, qui faisait le point sur la campagne du sénateur en 2008 à propos de cette question.

[8Preuve, s’il en fallait encore, que la démultiplication des titres et des chaines n’est pas synonyme de diversité des contenus et encore moins de pluralisme.

[9Professeur émérite de civilisation américaine à l’Université Paris Ouest Nanterre.

[10Précédemment citée.

[11La réforme du système de santé aux États-Unis .

[12Notre traduction.

[13Un article qui donne en spectacle la misère des comportements de Trump, dont les journalistes prétendent pourtant s’indigner…

[14Extrait d’un texte publié sur son blog « La règle du jeu », et intitulé « L’État profond existe, Trump et ses semblables l’ont rencontré ».

A la une

Reworld Media, un groupe de presse contre le journalisme

Le stade terminal de la financiarisation des médias.

En cherchant à discréditer Bourdieu, Natacha Polony démontre l’étendue de son ignorance

Éditorialiste, patronne de presse, fabuliste et faussaire de la vie intellectuelle.

Actualité des médias n°19 (septembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.