Accueil > (...) > Les Jeudis d’Acrimed (1996-2020)

Jeudi d’Acrimed (reporté) – Les médias depuis #MeToo : où en est le sexisme ?

par Acrimed,

Le regain des mobilisations féministes, fin 2017, a fortement contribué à inscrire les violences sexistes et sexuelles à l’agenda médiatique. Des avancées sont à noter, tant dans le traitement de ce phénomène structurel que sur la place des femmes dans les rédactions, concernées elles aussi. Mais beaucoup reste à faire…

Nous évoquerons ces différents aspects lors d’un prochain jeudi d’Acrimed, en compagnie de Marine Périn et Léa Broquerie (toutes deux porte-parole de l’association Prenons la Une), et Valérie Rey-Robert (militante féministe et autrice d’Une culture du viol à la française et Le sexisme, une affaire d’hommes, respectivement publiés aux éditions Libertalia en 2019 et 2020).

Jusqu’aux mouvements « Balance Ton Porc » et « MeToo », les violences contre les femmes étaient la plupart du temps reléguées aux rubriques « faits divers » – perçues et montrées par les médias dominants comme des événements « extra-ordinaires ». Ainsi des féminicides : les clichés journalistiques, du « crime passionnel » au « drame conjugal » en passant par le « drame de la séparation », étaient monnaie courante.

La plupart des récits véhiculaient l’idée que les violences étaient de la responsabilité des femmes, inéluctables, ou sujettes à plaisanterie, contribuant ainsi à leur banalisation. Aujourd’hui, la prise en compte du terme « féminicide » par les médias constitue une avancée : ainsi son usage dans la presse quotidienne et nationale (sites web et agences de presse compris) est-il passé de 256 occurrences en 2018 à 2 151 en 2019 !

Si les mauvaises pratiques journalistiques sont loin d’avoir disparu (le traitement des Césars ou des mobilisations féministes du 7 mars nous en donne deux beaux exemples), un tournant a tout de même été amorcé. Un tournant accompagné, dans les médias, par la parution de nombreuses enquêtes, la multiplication de formations de journalistes, ou encore la constitution, dans certaines rédactions, de cellules spécialisées sur ces sujets.

Pour faire un point sur l’état du sexisme, aujourd’hui, dans les grands médias, nous essaierons donc de mêler deux approches : d’une part, une analyse des contenus et des récits médiatiques, qui permette de mettre en lumière la prégnance de stéréotypes sexistes, tout en cherchant à comprendre ce qui, dans l’organisation du système médiatique, les explique voire les encourage. Nous ferons ainsi, d’autre part, un état des lieux des rédactions (place des femmes, inégalités persistantes, organisation du travail sur ces sujets, etc.). Un panorama que nous mettrons en perspective avec les enquêtes et les témoignages publiés ces derniers temps sur le milieu journalistique.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Actualité des médias : Macron serre la vis, médias en crise, harcèlement à France Télévisions…

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Coronavirus : les patrons de presse brocardent les postiers « déserteurs »

… alors que tant d’autres se comportent en héros. (crédit photo : Amre Ghiba)