Accueil > Critiques > (...) > 2003 : Le Forum Social Européen de Paris-Saint Denis

Forum 2003 : L’information sous perfusion ?

Le droit à l’information, s’agissant du Forum Social Européen se confond, jusqu’au 9 novembre inclus, avec le droit de ne rien apprendre des radios et des télévisions et avec le droit à une information raréfiée, voire inexistante, pour la plupart des lecteurs de la presse quotidienne.

Si l’on excepte L’Humanité, seul quotidien à suivre pas à pas la préparation du Forum et à informer de son déroulement, il faut attendre le 4 novembre pour que Libération s’éveille et le lundi 10 novembre pour que les radios et les télévisions sortent très timidement de leur torpeur et qu’enfin Le Monde consacre l’événement. [1]

Pourtant, dès le 16 octobre 2003, se tenait une conférence de presse de présentation du Forum et, outre les explications orales, les journalistes présents ont pu disposer d’un copieux dossier de presse. Pour quels résultats ?

On eut droit (inventaire incomplet) à :

- Une dépêche de l’AFP de 2600 signes, sous le titre : « Forum social européen pour une "autre Europe" en faveur des "citoyens" » (17 octobre).

- Un article dans La Tribune du 17 octobre - « Les alter mondialistes débattent de l’avenir de l’UE » : version raccourcie (1400 signes) et à peine adaptée de la dépêche de l’AFP ;

- Un article dans Les Echos du 17 octobre, dont le titre seul - « Le Forum social européen cherche la parade aux coupes budgétaires » - montre que nous avons bien affaire au « quotidien de l’économie » ;

- Un article dans France Soir du 18 octobre qui présente sobrement mais exactement le Forum. Un article illustré par l’inévitable photo de José Bové et complété par un entretien avec Bernard Cassen, « initiateur du Forum Social Mondial ».


Dans la presse régionale, aucune information. Ou presque. En effet, en cherchant bien, on peut trouver de-ci de-là de brefs articles d’évocation, notamment dans les éditions locales du Parisien. Ainsi :

- Dans l’édition du Morbihan (région de Vannes) du Télégramme du 20 octobre, un bref article - « Attac [de Vannes, ndlr] à pied d’oeuvre pour le Forum social européen » - informe de la tenue du Forum, mais sous un « angle » local.

- Dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, c’est un article (un tantinet méprisant) sur le Forum social local - « Un autre monde près de chez vous » - qui informe sur la tenue du Forum européen. « On est très loin du programme ambitieux du FSE mais Frédéric Desbourdes, militant d’Attac et organisateur du FSL, estime que c’est aux participants de profiter de ce forum pour se faire entendre : « Les temps dédiés aux forums seront des temps ouverts à la parole et à l’écoute », précise-t-il. « On a prévu une heure de présentation pour une heure de débats. L’idéal serait que les gens s’emparent des thèmes du Forum social européen et viennent en parler lors des sessions de vendredi et dimanche. » Mieux vaut donc se documenter et consulter le site du FSE (www.fse-esf.org) avant d’aller discuter de la possibilité d’un autre monde au FSL. »


Exception notable, on l’a dit : L’Humanité. Depuis le lancement de la préparation du Forum en décembre 2002, le quotidien a multiplié les articles d’information et les reportages : un dossier publié sur son site sous forme d’une sélection d’articles (lien périmé) en témoigne et un « hors-série », en vente depuis plus d’une semaine, confirme cette implication politique et militante. Politique et militante ? C’est une démonstration a contrario de l’option politique et militante qui sous-tend la sous-information entretenue pas les autres quotidiens.


En revanche, la polémique suscitée par le texte de Tariq Ramadan permet au moins d’apprendre des quotidiens nationaux... qu’un Forum Social Européen doit se tenir du 12 au 15 novembre. Mais sur les objectifs, le programme, les modalités : motus le plus longtemps possible.


Le Monde
, quotidien qui en tout prétend constituer une « référence » rendra compte de la conférence de presse... sur son site internet : les lecteurs de la version « papier » attendront le 10 novembre pour que des informations percent sous la croûte des commentaires.


Libération
, pourtant, le 4 novembre 2003, propose plusieurs pages sur le Forum Social Européen. Entre un éditorial et plusieurs articles de commentaires (sur lesquels on reviendra par ailleurs), l’information reprend chichement ses droits. Et cela donne, sous le titre « A savoir », un article de 1700 signes qui réduit en conséquence l’information au minimum exigible. Mais le Forum étant avant tout un espace de débats, Libération a opéré un tri aléatoire parmi les 55 plénières et les 250 séminaires. Et cela donne : «  Débats. Parmi les thèmes abordés : "Comment créer un autre monde ? " ; "La vie après le capitalisme » ; "Religions, luttes sociales, altermondialisations" ; "Pour un non de gauche à la Constitution européenne" ; "Pratiques sécuritaires et justice en Europe" ; "La dette écologique, pillages et pollutions" ; "Les travailleurs précaires et leurs luttes". ».

A noter également, ceci : « 60 000 personnes sont attendues, comme à Florence l’année dernière, pour participer aux 55 « plénières », 270 « séminaires » et 260 « ateliers ». Au-delà de ce chiffre, les organisateurs estiment que le Forum sera un succès. En deçà de 40 000, un échec. ». Quels sont ces organisateurs pressés de donner des chiffres et d’évaluer le succès ou l’échec du Forum exclusivement au nombre de participants ?


L’Agence France Presse (AFP) a cependant, dans la seule journée du 7 novembre, multiplié les informations et les « papiers d’angles ». Mais s’agissant du programme, plutôt que d’adopter la présentation que le Forum fait de lui-même, on préfèrera une liste, plus ou moins arbitraire, dont il vaut la peine de citer la fin :
« Le thème "contre le racisme et la xénophobie, pour le dialogue des cultures" permettra de débattre de la politique européenne d’immigration, du conflit israélo-palestinien, de l’islamophobie, de l’antisémitisme... C’est au sein de ce débat qu’interviendra l’intellectuel Tariq Ramadan, dont la participation au FSE est discutée. L’environnement, la politique agricole commune, les OGM, le "droit à la santé face à la globalisation", les médias, la culture, l’éducation figureront encore parmi les sujets des 250 séminaires, 55 conférences plénières et de la centaine d’ateliers prévus. »

Nouveau coup de projecteur sur Tariq Ramadan et curieuse relativisation de l’axe 4 du forum : « Pour le droit à l’information, à la culture, à l’éducation et à la recherche ».

Vous avez dit « droit à l’information » ?

Le lundi 10 novembre, à deux jours de l’Assemblée européenne des femmes et de l’ouverture du Forum proprement dit, silence quasi-total dans les émissions matinales des principales stations de radio, quelques propos anecdotiques à la télévision, silence du Parisien, de France-Soir, de la presse économique.


Le Figaro
, choisit le « débat et l’opinion  » sur l’extrême gauche et le FSE, tandis que Libération, sans doute satisfait des informations livrées la semaine précédente, propose un pot-pourri de 7 pages où les articles « à propos du Forum Social » dévorent les articles « sur le Forum Social ». Quand, enfin, Le Monde parut…

A en juger par le nombre de pages, nous étions en train de passer de l’information sous perfusion à l’information à profusion. Mais cette information est d’emblée plus ou moins écrasée sous le poids des commentaires et des « angles », de préférence politiciens.

A suivre…

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Version provisoire. Les précisions et modifications ultérieures seront expressément indiquées.

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.