Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

Dans {Métro} : détournement du journalisme par la publicité

On connaissait déjà les publi-reportages, qui singeant les véritables journaux ou les véritables articles, font de la publicité... Maintenant, la publicité détourne, avec son consentement, la première page d’un quotidien (même mise en page, mêmes couleurs...). Le problème n’est plus seulement la place prise par la publicité mais aussi sa forme.

Le 5 avril 2004, dans Métro distribué gratuitement à Toulouse.

En première page, un gros titre : « Votre journal gratuit bientôt payant ? », suivie de la mention : « voir notre article en page 2 » [1].

Et en page 2 : une publicité pour la société générale vantant les mérites d’un service gratuit.

Un nouveau degré franchi dans la complicité entre annonceurs et diffuseurs ?

Le détournement du journalisme d’information par la publicité commerciale : un abus ou un symbole ?

Alex

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1En haut à gauche, encore plus discrète que cette note, la mention « publicité »

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »