Accueil > Critiques > (...) > La face cachée du Monde : un livre et ses suites (2003-2004)

Colombani perd son procès contre Botton

Depuis la parution de cet article, Pierre Botton et les éditions Flammarion ont été condamnés pour diffamation par un arrêt de la Cours d’appel du 30 juin 2005. Lire : Botton condamné en appel pour avoir diffamé Colombani. [Acrimed, le 20 juillet 2005]

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté le 29 octobre 2003 Jean-Marie Colombani, le patron du Monde, de son action en diffamation contre Pierre Botton, apprend-on par une brève de Libération (4 nov.) [1]. Dans son livre Il y a toujours des complices, l’ancien homme d’affaires et financier de la carrière de Michel Noir (espoir de la droite dans les années 80-90) " écrivait qu’il avait payé un aller-retour en avion et un séjour à Cannes à Jean-Marie Colombani et à son épouse en mai 1991 afin qu’ils viennent au festival de Cannes ". Le tribunal a estimé que Pierre Botton avait " suffisamment d’éléments sérieux pour tenir de bonne foi ses propos. " : il a produit " la facture d’Air France sur laquelle figuraient les noms des bénéficiaires ".

Lire Journalistes ou formateurs en communication ?, Une autre face cachée ? Daniel Schneidermann, " contre soi-même ".

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Pas d’autre mention dans la presse à notre connaissance...

A la une

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité dans l’émission « l’Hebdo » sur Fréquence Paris Plurielle, pour évoquer le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes.
Cette émission a été (...)

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des journalistes.
En vingt (...)

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.