Accueil > Critiques > (...) > "Déontologie" ? Codes et chartes

Code déontologique de la Société des journalistes professionnels

Le premier Code déontologique de Sigma Delta Chi, rédigé en 1926, était emprunté à la Société américaine des rédacteurs de journaux. En 1973, Sigma Delta Chi rédigea son propre code, qui fut révisé en 1984 et en 1987. La version actuelle du Code déontologique de la Société des journalistes professionnels fut adoptée en septembre 1996.

Préambule

Les membres de la Société des journalistes professionnels estiment qu’un public informé est précurseur de justice et la fondation même d’une démocratie. Le rôle du journaliste est de faire avancer ces fins en recherchant la vérité et en fournissant des comptes rendus équitables et simples des événements et sujets importants qu’il est amené à relater. Quel que soit son média, le journaliste s’efforce de servir le public avec minutie et honnêteté. L’intégrité professionnelle est la pierre angulaire de la crédibilité d’un journaliste.

Les membres de la Société des journalistes professionnels partagent un souci déontologique et adoptent ce code pour professer les principes et normes des pratiques journalistiques de la Société.

Rechercher la vérité et l’exposer

Un journaliste doit être honnête, équitable et courageux dans ses efforts pour rassembler, rapporter et interpréter l’information.

Un journaliste doit :

- Tester l’exactitude de l’information et de ses sources et être prudent afin d’éviter toute erreur d’inattention. Il n’est jamais permis de délibérément déformer les faits.

- Tenter assidûment de trouver les acteurs de ses reportages afin de leur donner l’opportunité de répondre à toutes allégations de méfait.
Identifier ses sources, lorsque c’est possible. Le public à droit à toute l’information possible afin de juger de la crédibilité des sources.

- Toujours questionner les motifs de ses sources avant de promettre l’anonymat. Clarifier les conditions attachées à toute promesse faite en échange de l’anonymat. Tenir ses promesses.

- S’assurer que les titres, les flashs et les promotions, les photos, les images, le son, les graphiques et les extraits d’entrevue ne sont pas présentés sous un faux jour. Les journalistes ne devraient pas simplifier outre mesure ou souligner certains événements hors de leur contexte.

- Ne jamais fausser le contenu des photos ou des images. Améliorer la qualité technique des images est toujours permis. Identifier les montages et les illustrations.

- Éviter les reconstitutions d’événements et les nouvelles fabriquées. Si une reconstitution est nécessaire pour raconter l’histoire, identifiez-la comme telle.

- Éviter de travailler sous l’anonymat ou de recourir à d’autres méthodes clandestines pour recueillir des informations, sauf quand les méthodes traditionnelles ne permettent pas de transmettre des données essentielles au public. L’utilisation de méthodes clandestines doit être expliquée dans le reportage.

- Ne jamais plagier.

- Raconter l’histoire de la diversité et l’importance de l’expérience humaine hardiment, même lorsque le sujet est impopulaire.

- Examiner ses propres valeurs culturelles et éviter de les imposer au public.

- Éviter de stéréotyper par race, genre, âge, religion, ethnie, géographie, orientation sexuelle, infirmité, apparence physique ou rang social.
Supporter ouvertement les échanges d’idées, même lorsque le sujet rebute le/la journaliste.

- Donner la parole à ceux qui n’ont pas la parole ; les sources officielles et non-officielles peuvent être également valides.

- Faire la distinction entre plaidoirie et nouvelles. Les analyses et les commentaires doivent être identifiés et ne doivent pas déformer les faits ni leur contexte.

- Faire la distinction entre nouvelle et publicité et éviter les informations qui mêlent les deux.

- Reconnaître l’obligation spéciale que le/la journaliste a de s’assurer que l’administration conduit ses affaires ouvertement et que les documents gouvernementaux soient accessibles pour vérification.

Minimiser les torts

Les journalistes soucieux de déontologie traitent leurs sources, sujets et collègues comme des êtres humains méritant respect.

Un journaliste doit :

- Montrer de la compassion pour ceux qui pourraient être affecter négativement par le reportage. Faire preuve d’une sensibilité particulière avec les enfants et les sources ou personnes inexpérimentées.

- Montrer de la sensibilité en demandant ou en utilisant des entrevues ou des photos de gens frappés par un événement tragique ou par du chagrin.

- Reconnaître que rechercher et présenter des informations pour un reportage peut occasionner du tort ou de l’inconfort.

- Admettre que les personnes privées ont un droit de contrôle supérieur sur leurs données personnelles que n’ont les personnages publics et ceux qui cherchent pouvoir, influence ou attention. Seule une nécessité publique prépondérante peut justifier une intrusion dans la vie privée de quelqu’un.

- Faire preuve de bon goût. Éviter de se laisser attirer par une curiosité malsaine.

- Être prudent en identifiant des suspects mineurs ou des victimes de crimes sexuels.

- Être judicieux en révélant les noms des suspects d’un crime avant que des charges formelles aient été déposées.

- Équilibrer les droits d’un suspect à un procès équitable avec le droit du public à être informé.

Agir indépendamment

Un/Une journaliste ne doit avoir d’autre intérêt que le droit à l’information du public.

Un journaliste doit :

- Éviter les conflits d’intérêt, réels ou perçus.

- Refuser de s’engager dans des associations et des activités qui pourraient compromettre son intégrité ou nuire à sa crédibilité.

- Refuser les cadeaux, faveurs, voyages gratuits et traitements spéciaux, et éviter les deuxièmes emplois, les engagements politiques, les fonctions publiques, même dans des organisations locales, s’ils compromettent son intégrité journalistique.

- Révéler les conflits inévitables.

- Être vigilant et courageux quand il s’agit de rappeler aux gens au pouvoir leurs responsabilités).

- Refuser d’accorder des traitements spéciaux aux annonceurs et aux gens qui présentent un intérêt particulier, et résister à leurs pressions d’influencer les reportages.

- Être prudent avec les personnes qui offrent des informations en échange de faveurs ou d’argent ; éviter de faire une surenchère pour de l’information.

Être responsable

Un journaliste doit assumer ses responsabilités envers ses lecteurs, auditeurs, spectateurs et collègues.

Un journaliste doit :

- Clarifier et expliquer les reportages et inviter le public à à s’exprimer sur la conduite des média.

- Encourager le public à exprimer ses reproches envers les média.

- Admettre ses erreurs et les corriger rapidement.

- Dénoncer publiquement les pratiques des journalistes et des média qui ne sont pas déontologiques.

- Respecter les mêmes règles de comportement qu’il/elle demande aux autres de respecter.

Traduction par Anne E. McBride et Chantal K. Saucier, © 2000.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Dupont de Ligonnès. Jour 1 : le naufrage médiatique

Retour sur la diffusion à échelle industrielle d’une fausse information.

Cadeau : 32 Médiacritique(s) en accès libre !

Profitez de l’intégralité - ou presque - des archives de notre revue.

Où vont les journalistes ? Le mercato des médiacrates

« Je hais le mouvement qui déplace les lignes »