Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Christine Ockrent, reine des "ménages"

Christine Ockrent, le poids des euros, le choc des questions

La « reine des ménages » quitte France 3 pour la nouvelle holding de l’audiovisuel extérieur. Elle nous manque déjà…

Cible d’une contestation légitime (sur laquelle nous reviendrons) [1], à la suite de l’annonce de sa nomination à la direction de France Monde, la nouvelle holding de l’audiovisuel extérieur, Christine Ockrent réagit ainsi le 21 février sur RTL : « Personne, y compris, d’ailleurs, les grognements de certains camarades syndiqués (...) personne ne met en cause ma compétence professionnelle, mon absence totale d’engagement partisan, ce qui, en 35 ans d’audiovisuel public est, croyez-moi, assez rare. » « Grognements »... Quelle élégance !

La « compétente » répondant le même jour aux questions du Parisien, explique notamment : « Je ne suis pas une journaliste qui a monté sa boîte de production pour se payer quatre fois sur la bête, à la différence d’autres que je ne nommerai pas. » La « dignité » de Christine Ockrent force le respect !... Mais la profession de désintérêt n’est pas tout à fait crédible de la part de « la reine des ménages », encore récemment mise en cause par la Société des journalistes de France 3.

Une chaîne sur laquelle ses talents vont sans doute manquer. Avec une « absence totale d’engagement partisan », Christine Ockrent était à l’évidence, une administratrice de débat hors pair ! Pour mémoire, on peut ainsi re-visionner les échanges de cette « grande journaliste » avec quelques « petits » candidats durant la campagne ou revenir sur les talents de pédagogue de l’animatrice de « Duel sur la 3 », par temps de mobilisation sociale.

 

Notes

[1Résumée sur le site du nouvelobs ?com.

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique