Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Mouvements de 2004 à 2006

Christine Bravo contre la Saint Barthélemy des compteurs EDF

par Arnaud Rindel,

Le Jeudi 17 juin 2004, Le chansonnier Laurent Ruquier recevait dans son émission « On a tout essayé » (France 2) Jean-Marie Cavada, ancien président de radio France, qui venait de voir l’électricité coupée dans sa maison secondaire par des grévistes d’EDF.
Une occasion pour Christine Bravo, l’une des chroniqueuses de l’émission présente ce jour-là sur le plateau, de prendre courageusement la défense des compteurs EDF. Des images que l’on a pu revoir dans la séquence « Zapping » du lendemain sur la chaîne Canal Plus.

« Fascisme absolu » ?...
Christine Bravo, visiblement outrée, le visage grimaçant et le verbe haineux, réagit ainsi à l’action des grévistes d’EDF : « Je trouve ça scandaleux ! Je trouve ça dégueulasse ! Ça c’est la Saint Barthélemy tu vois ! Je trouve ça dégueulasse qu’on vous ait coupé le courant, je trouve que c’est immonde, je trouve que c’est du fascisme absolu. Je le dis (...) Mais dans quel pays on vit ! »

Une autre chroniqueuse, Peri Cochin, renchérit : « Oui, c’est-à-dire pourquoi ils vous enlèvent pas avec une demande de rançon, euh... »

Ces deux chroniqueuses, aux revenus que l’on imagine substantiels, sont pourtant bien mal placées pour juger de manière aussi suffisante les réactions auxquelles peuvent amener des conditions de vie autrement difficiles que les leurs et les agressions permanentes du discours médiatique ainsi que du gouvernement, qu’elles n’ont pas non plus à subir.
Que feraient-elles si elles se trouvaient dans une situation similaire ? Parviendraient-elle, face à l’agression et l’autisme du gouvernement, à respecter à la lettre les « principes » du conformisme moral, quitte à se laisser dévorer par la logique du profit ?
Leur condition sociale les met à l’abri de tels choix, ce qui leur permet, depuis leur confortable « salon » parisien, de se prévaloir de règles de morale qui ne leur demande, à elles, aucun effort, pour mieux fustiger ceux qui n’acceptent pas sans broncher les sacrifices énormes que leur demanderaient, à eux, le respect de ses même normes.

... « Connerie stratosphérique »
Cette outrecuidance n’est pas passée inaperçue. Le chroniqueur Didier Porte a ainsi livré à ses auditeurs, dans sa chronique radio matinale sur Oui-FM, ce commentaire acerbe, qui s’en prend également à Yves Bigot, directeur de l’unité divertissement de France 2 :

« [...] Il faut quand même savoir que l’émission de Ruquier est enregistrée. Moyennant quoi, toutes les conneries qui y sont proférées sont pesées. Donc c’est en connaissance de cause qu’Yves Bigot a choisi de diffuser la crise de delirium hystéro-poujadiste de l’ancienne animatrice. La « Saint Barthélemy » à propos d’une coupure de d’électricité sauvage dans les résidences secondaire d’une poignée de people ultra-privilégiés, il faut quand même être arrivé à un niveau de connerie stratosphérique. Ben non, pour France 2, ça relève du divertissement. C’est la raison pour laquelle je ne saurais trop conseiller à nos amis d’EDF, de se renseigner sur les coordonnées d’Yves Bigot. S’ils trouvent sa maison, il y a peu de chances qu’ils découvrent une « lumière » à l’intérieur, mais qui sait, il y aura peut-être un compteur à récupérer, ne serait-ce que pour lui changer les plombs, qui ont fondu depuis longtemps. »

Arnaud Rindel

 

A la une

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »

Bruno Jeudy traque les « faux » gilets jaunes (BFM-TV)

L’éditorialiste distribue les rôles de bons et mauvais gilets jaunes

Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ?

Quand les éditorialistes condamnent « l’irresponsabilité » des manifestants pour mieux passer sous silence la responsabilité des autorités.