Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Profession ? Intellectuel pour médias

" Caniches de garde "

Par Daniel Bensaïd (paru dans Rouge (hebdomadaire de la LCR) 9 janvier 2003)

"La publication de l’ouvrage de Daniel Lindenberg, "Les Nouveaux Réactionnaires", a provoqué une polémique qui élude les causes de la dérive de certains intellectuels."

Caniches de garde

[...] Le rapprochement fusionnel entre la droite du centre et la gauche du centre a rendu les frontières si poreuses qu’un Luc Ferry pourrait passer d’un ministère Raffarin à un ministère Fabius sans avoir même l’air de retourner sa veste. Ainsi, en pleine négociation sur le Pare, Blandine Kriegel, Alain Finkielkraut et quelques autres notables du concept banquetaient au siège du Medef. On a pu voir Alain Finkielkraut (de tous les mauvais coups), Alexandre Adler, Pierre-André Taguieff et Shmuel Trigano témoigner à charge dans des procès contre Daniel Mermet. L’accusation ignoble (d’antisémitisme !) fut bien sûr déboutée, mais la calomnie laisse toujours des traces. Nos Pieds Nickelés y auront honteusement contribué en plaidant pour la censure contre un journaliste de radio soucieux d’exercer son métier sans perdre son sens critique. C’est à ces petits rien qu’on mesure l’étendue de leur faillite intellectuelle et morale.

La querelle des "nouveaux réactionnaires" (et, par ricochet, des "nouveaux progressistes") fait partie de ces guerres pichrocolines dans lesquelles le microcosme médiatique s’étripe à coups d’épées de bois et de pistolets à eau. Ces flatulences polémiques sont inversement proportionnelles à l’importance des enjeux, comme s’il fallait s’inventer à tout prix de bonnes causes domestiques pour mieux se détourner des grandes causes qui ébranlent le monde.

[...] Lindenberg ne s’interroge guère sur la conjoncture politique dans laquelle s’inscrit cette lamentable dérive de certains intellectuels. [...] Gageons que la zizanie entre les idéologues d’Esprit et ceux du Débat, s’apaisera demain devant un nouveau plan Juppé sur la réforme des retraites et qu’ils se retrouveraient alors comme un seul homme, ainsi qu’en hiver 1995, derrière Nicole Notat.

La trahison des clercs est une histoire ancienne. Les intellectuels ne sont pas faits d’une autre étoffe que le citoyen lambda. Ils ont majoritairement tendance à se ranger du côté du manche, plutôt que du côté qui prend les coups. Pour un Zola, un Sartre, un François Maspéro, un Vidal-Naquet, combien d’intelligences serviles ? Travailler sur les idées ou sur les mots n’est pas une garantie de clairvoyance politique ou de sainteté éthique.

[...]

Daniel Bensaïd

Lire tout l’article (lien périmé)

 

A la une

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.