Accueil > Critiques > (...) > Élection présidentielle de 2022

En bref

Candidats mentionnés dans les médias : à droite toute !

par Maxime Friot,

Ce n’est pas un scoop : dès septembre, les médias ont propulsé Éric Zemmour sur le devant de la scène. Le chercheur en informatique Nicolas Hervé [1] complète le constat à travers la publication des premiers résultats d’une enquête en cours sur « la médiatisation des candidat.e.s à l’élection présidentielle 2022 dans l’audiovisuel » (voir aussi son fil Twitter).

Par le biais d’un logiciel spécifique, Nicolas Hervé a procédé à la transcription de chaînes de télévision (de 6h à minuit pour les chaînes d’info, les JT du soir pour TF1, France 2, France 3 et M6, l’émission « Touche pas à mon poste » sur C8) et de radio (les matinales de France Inter, Europe 1, RMC, RTL). « Une fois les transcriptions obtenues, on se contente de compter le nombre d’occurrences des noms de candidat.e.s, sous la forme la plus simple : leur nom de famille »

Cette démarche permet de déceler assez rapidement « de qui on parle », comme nous le montrions, en janvier 2017, lorsque nous avions fait un comptage similaire (mais manuellement) pour l’émission « C dans l’air ».

Entre le 30 août et le 17 décembre 2021, la proportion moyenne par candidat est éloquente : Éric Zemmour a été évoqué de manière totalement disproportionnée. CNews d’abord, mais BFM-TV et LCI aussi, ont plus cité son nom que celui de n’importe quel autre candidat. Quant à « TPMP », la chercheuse Claire Sécail avait déjà montré le traitement de faveur réservé à Zemmour. Dans les matinales radio et les journaux télévisés, c’est Macron qui est le plus cité, mais Zemmour arrive juste derrière, et loin devant les autres.




Zemmour truste les heures d’antenne… et la gauche doit se contenter des miettes. Ainsi, entre le 30 août et le 31 décembre 2021 :

1. Sur les chaînes d’info en continu, 16 % des noms cités étaient ceux de candidats de gauche (au sens large du terme : Hidalgo, Taubira, Montebourg, Jadot, Rousseau, Mélenchon, Roussel, Poutou, Arthaud). À titre de comparaison, les candidats d’extrême droite (Zemmour, Le Pen, Philippot, Dupont-Aignan) ont été cités à hauteur de 39 %, Macron 23 %, et la droite 21 %.

2. Dans les journaux télévisés, la gauche cumule 22 %, derrière Macron (30 %), la droite et l’extrême droite (24 % chacune).

3. Et dans les matinales radio, on constate presque les mêmes déséquilibres : gauche à 21 %, Macron à 35%, l’extrême droite à 34 % et la droite à 19 %.

Ce sont donc les candidats de gauche qui sont les moins évoqués. Et quand on connaît l’accueil médiatique qui leur est en général réservé…

Nous renvoyons, pour les détails méthodologiques et sur les autres conclusions de l’enquête, au document publié par Nicolas Hervé.


Maxime Friot

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nicolas Hervé est notamment le coauteur de L’information à tout prix, INA Editions, 2017.

A la une

Le « gourou » de LFI et son « cheptel de militantes » : calomnies sur Public Sénat

Brice Couturier dans ses œuvres, toutes en délicatesses sociologiques et féministes.

Journalisme obséquieux chez « Quotidien »

« Y a pas des graines ? »

Fusion TF1/M6 avortée : les regrets de François Lenglet

Journalisme ou lobbying ?