Accueil > Critiques > (...) > Portrait ? Le démontage de José Bové

Bové libéré : Le Point choisit un témoin d’immoralité

Dans Le Point daté du 8 mai 2003, en compagnie d’un article presque convenable - « Le Pied de nez de José Bové » -, du moins si l’on n’espère pas que Le Point fasse mieux que Le Point, on trouve un encadré dans lequel on peut lire des propos recueillis par Catherine Pégard.

Catherine Pégard, entre autres questions pertinentes, pose celle-ci à son interlocuteur : « Le Larzac va vivre la nostalgie de ses grandes heures ; n’avez-vous pas le sentiment que le climat aujourd’hui évoque celui de 68 ? ».

Le raccourci entre 1968 et 1973 permet sans doute à Catherine Pégard d’entretenir ses hantises, dénuées de toute nostalgie....

Mais à qui destine-t-elle cette convenable question et quelques autres ? A Renaud Donnedieu de Vabre, ci-devant député d’Indre et Loire et porte-parole de l’UMP.

On vous épargne ses réponses, à l’exception de celle-ci : « (...) Bové utilise des armes extraordinairement violentes [sic] qui sont celles, en fait, de son combat politique de l’extrême gauche ».

Charitable, la rédaction du Point oublie, dans l’intertitre qui barre l’encadré, de mentionner les armes « extraordinairement violentes » utilisées par le repris de justice et, pour lui épargner le risque du ridicule, résume ainsi le propos de Donnedieu de Vabres : « José Bové utilise les armes de l’extrême gauche ».

Moins charitables, nous devons rappeler que le dit Renaud Donnedieu de Vabres est soupçonné par la justice d’avoir, lorsqu’il assistait en 1996 François Léotard (président du PR et alors ministre de la défense, apporté 762 000 euros (5 millions de francs) en espèces à une banque italienne, le FSCE, en garantie de l’obtention d’un prêt, sans intérêt, du même montant, destiné à financer l’achat du siège du PR à Paris. Selon l’accusation, il s’agirait d’une opération de blanchiment de fonds d’origine illicite [1].

Respecter la présomption d’innocence judiciaire n’interdit pas de s’interroger sur les raisons qui ont pu pousser Le Point à choisir un tel témoin de l’immoralité de José Bové.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1D’ après L’Humanité du 13 juin 2002.

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.