Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Actes et actions

Appel à la manifestation pour la défense de l’art et de la culture du lundi 29 mars (Acrimed)

par Acrimed,

Journée de mobilisation le lundi 29 mars 2010 à Paris à l’appel du SYNDEAC (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles), la Fédération CGT du spectacle, la CGT Culture, le CIPAC (Fédération des professionnels de l’art contemporain), le CRACC Île-de-France (Comité régional d’action pour la culture et la connaissance), le SNM-FO (Syndicat National des Musiciens-FO), le SNSP (Syndicat National des Scènes Publiques), l’UFISC (Union fédérale d’intervention des structures culturelles), la CIP-IDF (Coordination des Intermittents et précaires d’Ile-de-France)...

14h30 : Rassemblement au Palais Royal et manifestation jusqu’au Sénat. 18h : Assemblée générale au théâtre de l’Odéon [1].

Nous serons présents. Pourquoi ?

Acrimed aux côtés des acteurs de la culture


Tous les publics sont concernés : la régression des politiques publiques menace d’étouffer la diversité de l’art et de la culture, d’asphyxier leur créativité, d’aggraver la précarité de leurs acteurs.

Cette régression accroît la subordination de la production et la diffusion culturelles aux intérêts privés et aux logiques commerciales et, plus ou moins directement, à des industries oligopolistiques et transnationales.

Celles-ci exercent désormais une emprise croissante sur la programmation de médias audiovisuels et électroniques. Elles le font d’autant plus et d’autant mieux que le règne du tout-marché est conforté par la réforme de l’audiovisuel public à la fois soumis à l’aggravation de son sous-financement et assujetti au pouvoir politique.

Une même politique menace le pluralisme de l’information et la diversité de la culture.

- Au lieu de donner à l’art et à la culture, les moyens de leur autonomie, de leur décentralisation et de leur développement,

- Au lieu d’aider à la protection sociale des professionnels du spectacle [2]

- Au lieu de favoriser la constitution d’un véritable service public multimédia de l’information et de la culture,

L’action publique scelle chaque jour davantage l’alliance du libéralisme économique et de l’autoritarisme politique.

C’est pour s’opposer à cette politique qu’Acrimed sera dans la rue le 29 mars [3].

Acrimed

 

Notes

[1Voir, ici même, le communiqué du Syndeac.

[2Acrimed a soutenu en son temps le projet de loi pour les intermittents élaboré par le Comité du Suivi de l’Assemblée nationale.

[3Comme nous l’étions le 24 mars dernier : parce que c’est une politique globale qui est en question, mais aussi parce que les acteurs des conflits sociaux ne peuvent se désintéresser des conditions souvent lamentables de leur médiatisation. Voir notre dossier en ligne.

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique