Accueil > Critiques > (...) > Jean-Michel Aphatie, journaliste politicien

Affaire Cahuzac : Jean-Michel Aphatie savait !

par Julien Salingue,

Le 2 avril 2013, Jérôme Cahuzac reconnaît que les informations révélées par Mediapart en décembre dernier sont fondées.

Le 3 avril, Jean-Michel Aphatie publie sur son blog un billet dans lequel on peut notamment lire ce qui suit : « Au bout de ce mensonge d’État, Mediapart, le site d’informations présidé par Edwy Plenel, triomphe. Il a parlé le premier du compte en Suisse. La justice et l’aveu lui donnent raison. Il faut rendre cet hommage à Mediapart d’avoir fait triompher la vérité sur le mensonge, ce qui est un grand service rendu à la démocratie ».

Un bel hommage... qui contraste fortement avec l’énergie déployée par le même Jean-Michel Aphatie, notamment sur son compte Twitter, pour attaquer, moquer et décrédibiliser Mediapart au cours des quatre derniers mois.

La preuve en images, avec cette compilation de l’intégralité des 80 (!) tweets de l’éditorialiste multicartes au sujet de l’affaire Cahuzac. Nous avons signalé nos tweets préférés par une croix, mais l’ensemble vaut le détour et donne une idée de la sincérité de Jean-Michel Aphatie lorsqu’il tresse des lauriers à Médiapart.


[Dernière minute] (4 avril 2013, 8h du matin) : Enfin (timidement) reconnus d’utilité publique par un expert !



On commence avec la période du 15 janvier au 23 mars :



Du 28 décembre au 14 janvier :



Du 17 au 28 décembre :



Et enfin, du 7 au 17 décembre :

Pas de doute, Jean-Michel Aphatie savait.


Julien Salingue

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Enquête du Monde sur les violences policières : allô les confrères ?

Comment une enquête de qualité sur les violences policières contraste avec le pire du journalisme de préfecture.

Google et compagnie : main basse sur l’information

Retour sur les nouvelles formes de collusion entre géants du numérique et médias.

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.