Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > (...) > Quelle association ?

Adieu à Guy Pineau

par Patrick Champagne,

Guy Pineau, qui fut l’un des premiers animateurs d’Acrimed, est décédé le samedi 8 décembre. Il avait écrit plusieurs articles dans les années 2000 et animé un Jeudi d’Acrimed sur la question des médias audiovisuels associatifs, dont il était un connaisseur et un partisan passionné : il avait notamment co-écrit un ouvrage sur la télévision associative Télé Millevaches. Il suivait de près les activités d’Acrimed, et intervenait dans ses débats, d’une parole facile, informée, et toujours bienveillante. Patrick Champagne, son ami de longue date, témoigne pour tous ceux qui l’ont connu et apprécié. Nous nous joignons à lui pour cet adieu à notre camarade. (Acrimed)

Nous apprenons avec peine la disparition de Guy Pineau au terme d’une longue maladie. Militant toujours en recherche, il s’est dévoué sans relâche à la décolonisation de l’Afrique et à la cause de l’instauration de médias plus démocratiques. Mais Guy était d’abord pour tous ceux qui, comme moi, l’ont connu personnellement, un ami attachant qui, sans cesse animé par la soif d’apprendre et de comprendre, était disponible à la discussion et au débat. Je l’ai connu à la faculté de droit dans les années 1960 où nous sommes tout de suite devenus des amis inséparables.

Il partira faire sa Coopération au Niger, à Niamey. Il en gardera une passion particulière pour l’Afrique, un engagement militant contre le colonialisme et des contacts amicaux avec des chercheurs et des journalistes africanistes. Bien que nos carrières professionnelles aient pris des chemins différents, nous ne nous sommes jamais quittés. Il est entré, dès son retour de Coopération, à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) où il a fait toute sa carrière, s’occupant notamment, durant de longues années, de la formation des états africains à l’audiovisuel. Il s’est intéressé par ailleurs à l’émergence des télévisions locales qui étaient, comme il disait avec humour être « une télévision qui se mêle de ceux qui la regardent ».

Il fut un membre très actif d’Acrimed, mobilisant notamment sa compétence lors des réflexions sur les médias alternatifs lancées par l’association il y a quelques années. Il part discrètement comme pour nous dire qu’il a juste apporté sa pierre à une œuvre qui est collective.

J’aimerais pouvoir lui dire combien fut importante sa collaboration à Acrimed et précieuse son amitié. Salut cher camarade.


Patrick Champagne

 

Voir aussi...

A la une

Jean Quatremer, grand pourvoyeur de « fake news » sur les gilets jaunes

Mépris de classe et fausses informations

Gilets jaunes : une journée de matraquage médiatique sur BFM-TV

La chaîne célèbre la victoire des forces de l’ordre face au péril jaune