Accueil > Critiques > (...) > L’explosion de l’usine AZF

AZF : Le Figaro et Valeurs actuelles condamnés

Le Figaro et Valeurs actuelles ont été condamnés le 9 janvier par la cour d’appel de Toulouse pour diffamation pour les articles qu’ils avaient publiés fin 2001 à propos de la catastrophe de l’usine AZF de Toulouse. Ils y retenaient la "piste" d’un "attentat islamiste", en accablant en particulier un ouvrier intérimaire d’AZF, d’origine tunisienne, décédé dans l’explosion, présenté comme un "islamiste radical".

Cette décision confirme celle qui avait été rendue en juin 2002 par le tribunal correctionnel.


Le Figaro et L’Express ont publié le même jour, 16 janvier 2003 - " conjointement " écrit même Le Monde daté 22 janvier - des "révélations sur l’explosion de l’usine AZF de Toulouse" (titre du Figaro) (lien périmé, janvier 2011). Elles sont huit pour Le Figaro [1], tandis que pour L’Express il y a "sept raisons de ne plus croire à un accident" (lien périmé) [2].

Le procureur de la République de Toulouse a réagi à ces articles lundi 20 janvier, qualifiant de " contrevérités manifestes " les affirmations " partielles, partiales et déformées " qu’ils contiennent.

Le correspondant régional du Monde, Jean-Paul Besset, s’attache, dans l’édition datée 22 janvier à réfuter point par point les affirmations du Figaro et de L’Express. Pourtant, en janvier et février 2002, Le Monde et Jean-Paul Besset lui-même dans Tout Toulouse, filiale du Monde, étaient bien plus compréhensifs pour les articles du Figaro condamnés depuis par la Justice...
Lire Quand "Le Monde" défend les "enquêtes" du "Figaro".

Lire sur le site d’HNS : AZF : à qui appartiennent vraiment le Figaro et l’Express ? (20 janvier 2003, par Antiphonie, émission sur Radio Campus Toulouse).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1"* 1- Vingt kilos de trioxyde de chrome ont disparu. [...]
* 2- Le départ de Samir A. [...]
* 3- L’accoutrement d’Hassan J. [...]
* 4 - Deux documents introuvables. [...]
* 5- Les contradictions des proches d’Hassan J. [...]
* 6- La "visite" de l’appartement d’Hassan J. [...]
* 7- Cinq revendications d’attentat. [...]
* 8- L’équipée de Valence-d’Agen. [...]"

[2"1. L’explosion a été revendiquée.[...]
2. Le rapport des RG est resté inexploité.[...]
3. Deux expertises médicales ont disparu du dossier d’instruction.[...]
4. Deux cadavres "en trop" sur le cratère ?[...]
5. Aucune enquête n’a été menée pour vérifier l’emploi du temps de Hassan J.[...]
6. Le curieux profil de Samir A.[...]
7. La mystérieuse disparition de 21 kilos de chrome."

A la une

Halte aux casseurs du journalisme !

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes.

« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme

Un slogan adressé aux policiers lors de manifestations… mais incompatible avec le prêt-à-condamner dominant.