Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Journalisme et politique

À propos des « Régionales » : Médias et élections (Entretien, L’Humanité, 4 mars 2010)

par Henri Maler,

Nous publions ci-dessous un entretien accordé à L’Humanité à l’occasion de la campagne pour les élections régionales et paru le Jeudi 4 mars 2010 (p.6) sous le titre « « Un microcosme médiatico-politique fermé sur lui-même »

Nous sommes en pleine campagne électorale, en vue des régionales. Pourquoi est-il si peu question, dans la presse, des projets politiques et des propositions des listes en lice ?

Henri Maler. Ce que l’on peut observer dans les scrutins nationaux est amplifié. Envahis par les sondages et leurs commentaires, la plupart des médias – souvent même les médias locaux - se désintéressent des projets régionaux en raison de la primauté accordée aux jeux politiciens, d’une personnalisation outrancière de la campagne électorale, de la focalisation sur l’issue du second tour et, par conséquent, de l’atrophie de la confrontation politique au bénéfice des partis dominants.

À quelle logique obéit la personnalisation de la vie politique ?

H.M. Difficilement évitable, la personnalisation politique par porte-parole interposés est accentuée par le présidentialisme qui sévit à tous les échelons des institutions. Mais cette personnalisation politique est démultipliée par la personnalisation médiatique, construite par un journalisme en quête de personnages, souvent coproduits par les acteurs politiques eux-mêmes. Cette personnalisation-là culmine avec ce que l’on appelle la « peopolisation » : la confusion entre les stars du show bizz et les porte-parole politiques, doublée de la traque de leur intimité. Pour justifier ces avatars relativement récents de la « société du spectacle », les chefferies éditoriales et commerciales des principaux médias invoquent les goûts des publics. Cette justification dissimule mal leur démission devant le tout-commercial et la quête à courte de vue des audiences maximales.

Certains grands médias assurent que le débat politique « n’intéresse » pas les citoyens. Les Français sont-ils donc à ce point dépolitisés ?

H.M. Encore faudrait-il s’entendre sur ce qu’on désigne par « politique ». L’expérience de la politique varie en fonction des préférences partisanes, mais elle est surtout socialement différenciée. Or les sommets du microcosme médiatique sont prisonniers d’une expérience qui réduit la politique à ses cuisines : cette politique politicienne qui suscite le rejet de nombreux citoyens. Au point que ceux-ci, souvent, ne reconnaissent plus comme politique ce qui l’est vraiment, à commencer par les solutions à apporter aux problèmes sociaux auxquels ils sont confrontés. Le débat politique tel qu’il est construit par les médias (avec le concours de nombreux responsables politiques) alimente ce prétendu désintérêt que l’on attribue souvent à des replis ou à des aspirations individualistes, voire au triomphe du consumérisme. Mais peut-être faudrait-il s’interroger sur l’évolution de plus en plus consumériste du journalisme lui-même, en dépit de ce que nombre de journalistes souhaitent encore.

Que pensez-vous de la méthode des « panels » façon TF1, avec des « vrais gens » remplaçant les journalistes politiques dans le rôle de l’intervieweur ?

H.M.. Cette « méthode » résulte d’une double évolution : de la télévision et de la politique. Le passage d’une télévision qui délivre des messages devant des récepteurs réputés passifs à une télévision qui sollicite et simule l’implication des téléspectateurs a eu pour effets de privilégier les talks show, de mélanger politique et divertissement et de mettre en scène des ersatz d’agora démocratique, notamment en construisant des « panels ». La politique a suivi, en adoptant, du moins parmi les gouvernants et ceux qui aspirent à le devenir, les techniques de cette télévision. Cette emprise des talks shows, des « panels » et du mélange des genres est désormais inscrite dans des stratégies politiques qui adoptent les recettes et les scénarios de la télévision. Nicolas Sarkozy est à la politique ce que les bateleurs de TF1 sont à la télévision. Le dernier Sarkoshow sur TF1 a célébré leur rencontre et nous a offert un double simulacre de proximité, entre Nicolas Sarkozy et le peuple et entre TF1 et « ses » téléspectateurs. Cette émission entérine une défaite du journalisme politique, c’est vrai, mais celle du journalisme politique passionné par les conflits souvent subalternes qui agitent le microcosme médiatico-politique et beaucoup moins par les problèmes sociaux dont ce microcosme, souvent fermé sur lui-même, est censé se préoccuper.

Comment expliquer la fermeture que vous venez d’évoquer ?

H.M. Plusieurs processus concourent à cette fermeture : la proximité des origines sociales et des trajets scolaires, la convergence des formes de perception de la vie politique et sociale qui résultent, pour une part, de cette proximité, la formation dispensée dans les hautes écoles du journalisme, l’enfermement du journalisme politique dans une « spécialité » coupée du journalisme social ou de qu’il en reste : les trop rares enquêtes sociales, présentées comme des modèles du journalisme idéal, ne sont, à bien des égards que des cache-misère du journalisme réel.

En refusant les règles du jeu médiatique, avec sa cohorte de petites phrases et ses formats calibrés, un responsable politique serait immanquablement effacé des écrans. A-t-il d’autres choix ?

H.M. L’alternative n’est pas entre le boycott impuissant et la soumission résignée. Les responsables politiques, du moins ceux qui se prévalent de la contestation de l’ordre social existant devraient tirer quelques conséquences de ce simple constat : les médias dominants sont, en dépit de la résistance de nombreux journalistes, une composante de cet ordre social. Contester les médias dans les médias, transgresser ce que vous appelez les « règles du jeu », assumer le conflit au sein même des arènes médiatiques ne vous condamne pas à la marginalité. Aussi rétifs soient-ils à la critique, les responsables des médias ne peuvent pas censurer purement et simplement ceux qui refusent de leur être asservis.

Entretien réalisé par Rosa Moussaoui

À lire :
- Tous les médias sont-ils de droite ? par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed, Editions Syllepse.
- Télé-politique ? Le sarkoberlusconisme à l’écran, de Pierre Musso, Editions de l’Aube.

 

A la une

Nous, journalistes pigistes, exigeons le respect de nos droits

Une tribune de collectifs de journalistes pigistes

Petits reportages entre amis (macronistes) au JT de TF1

L’information selon TF1 : faire la pub d’un copain de Macron (et de sa start-up) au JT de 20h

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager