Accueil > Critiques > (...) > Hersant et Dassault

A Dassault, le président de la République reconnaissant

Jacques Chirac a, le 12 novembre, remis en grandes pompes la Légion d’honneur à Serge Dassault, marchand d’armes et patron de la Socpresse (voir l’article sur le site du Nouvel Observateur). L’avionneur avait été distingué par la promotion du 14 Juillet !

" Elevé à la dignité de Grand officier de la Légion d’honneur ", Dassault a été qualifié par le chef de l’Etat d’ " industriel opiniâtre " qui a rendu des " services éminents " à " l’industrie aéronautique française dont il a consolidé la place dans le monde ". Et de " grand patron de presse qui préside aujourd’hui le groupe Socpresse ".

Jusqu’à ce qu’il rachète la Socpresse au premier semestre 2004, le " grand patron de presse " (sénateur UMP depuis septembre) n’était présent dans la presse qu’à travers Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde, et trois journaux départementaux d’Ile-de-France...

Mais le Président de la République, désœuvré par le calme plat de l’actualité (obsèques d’Arafat et possible relance des négociations au Proche-Orient, guerre et évacuation des Français en Côte d’Ivoire, etc.), n’avait sans doute rien d’autre à faire que d’honorer ce novice, prometteur...

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le palmarès 2019 des éditocrates (BD)

Les palmes des sorties les plus grotesques et hasardeuses.

Pour la libération de Julian Assange

Pour libérer Assange, multiplier les foyers de résistances.

Lexique pour temps de réforme des retraites

Le vocabulaire automatique du journalisme en temps de grèves et de mobilisations.