Accueil > Critiques > (...) > L’invasion de l’Irak [2003 : L’Irak et la guerre américaine]

Guerre contre l’Irak

20 mars : sur France Inter, "les experts" improvisent

par Thierry Rousselin,

20 mars. France Inter : jeudi 6h20-6h35.

Vers 6h20, Stéphane Paoli fait part d’une "information" de Al Jaizira comme quoi il y a écran noir à la télé irakienne.

C’est parti pour 10 mn de supputations des "experts" présents et en particulier de Dominique Bromberger : peut-être que les Américains ont détruit la télé irakienne ; quel coup porté à la machine de propagande irakienne !

Et, "on le sait", les Américains disposent de moyens pour annihiler l’ensemble des radio-communications irakiennes, "on l’a bien vu", au Kosovo quand ils ont utilisé des bombes au carbone pour neutraliser les centrales électriques serbes.

A la fin de cette séquence délire, "il est 6h30 : le journal". Et, dès le début de ce journal, on appelle le correspondant dans le Golfe. Que dit-il ? Eh bien, qu’il est en train de regarder le discours de Saddam sur la télé irakienne.

Ils sont forts ces Irakiens ! En deux minutes, ils ont reconstruit la télé...

Sérieusement, que les gens s’emportent, ça peut arriver à tout le monde (et ce matin, ils ont été réveillés tôt), mais ensuite pas un mot de rectificatif. En fait, à la télé irakienne comme sur toutes les télés du tiers monde (et sur France 3, il n’y a pas si longtemps…), il y a fréquemment des coupures, et donc une coupure de courant de 5 mn n’est pas vraiment significative.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Rassemblement pour Julian Assange le 3 juillet à Paris

Communiqué de plusieurs organisations et médias, dont Acrimed.

Contre la suppression de la redevance ! Pour la refondation de l’audiovisuel public !

Soutien à la mobilisation des salariés de l’audiovisuel public.

Suppression de la redevance : « Les salariés de l’audiovisuel public ne pourront pas porter seuls le débat. Et il ne le faut pas ! »

Entretien croisé avec Fernando Malverde, Lionel Thompson (CGT Radio France), et Jean-Hervé Guilcher (SNJ-CGT France Télévisions).