Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations sociales en France (2009-2012)

Yahoo s’insurge contre la grève en Guadeloupe

Les portails recyclent les informations. Ils réservent aux internautes des prises de parti qui n’ont rien à envier aux partis-pris d’autres médias, notamment en cas de grèves.

Ainsi, quelques jours avant la grève du 18 octobre 2007, le « Portail Orange » affichait un titre que ne renieraient pas les pires chroniqueurs du Figaro : « Piqués de grève ». On pouvait aussi découvrir, en guise de présentation d’une dépêche de l’AFP où Bernard Thibault annonçait un « haut niveau de mobilisation », cette traduction délicate : «  B. Thibault et les syndicats promettent un jeudi noir . » (voir : « Le « “Portail Orange” mobilise contre les grévistes du 18 octobre »)

Le 23 janvier 2009, c’est au tour de Yahoo de se mobiliser contre une journée de grèves et de manifestations. Cette fois, comme on peut le lire ici même sous le titre « Yahoo, portail antigrève de l’UMP ? », ce sont les déclarations émanant de l’UMP proposant des sanctions pour « abus de grève » qui fournissent le prétexte d’un titre qui dénonce la multiplication des conflits et les grévistes comme des « multirécidivistes » : délinquants ou criminels, comme le suggère ce mot.

Dernière prouesse en date de Yahoo. Le 2 mars 2009, alors que le Medef de Guadeloupe a fait connaître son refus de signer les accords, voici ce que livre une capture d’écran réalisée vers 9 h du matin : une interrogation indignée, un condamnation implicite du LKP.

- Document transmis par Jamel.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »