Accueil > Critiques > (...) > De PLPL au Plan B

Sur la Toile

"Victime de l’amour : Philippe Corcuff" (PLPL n°18)

" Victime de l’amour
(la politique de la caresse sur France Culture) "

La rubrique " copinage " du NEM (Non-Événement du mercredi, appelé Charlie Hebdo) annonçait une météo orageuse :
" Le 13 décembre de 9 heures à 10 heures sur France Culture, débat entre Jacques Julliard, Philippe Corcuff et Alain Finkielkraut dans “Répliques”, sur le thème “La gauche et la question du mal”. Diablotins de la gauche radicale : les oreilles vont vous siffler " (10.12.03).
Entre le groupie nicole-notiste du Nouvel Observateur (Julliard), le sociologue-militant de la Ligue communiste révolutionnaire (Corcuff), et l’essayiste réactionnaire qui hait la sociologie (Finkielkraut), l’affrontement semblait inévitable. Car Julliard et Finkielkraut ont consacré leurs vingt dernières années à pourfendre ce que Corcuff prétend défendre. Dans Le Nouvel Observateur, Julliard fulmine contre la sociologie, " devenue, à force de tolérance, l’agent de la pénétration de l’intolérance dans le corps social français " (18.9.03) ; il décrit les grévistes comme " des écorchés vifs, des organismes en proie à l’inquiétude, aux peurs collectives et aux fantasmes " (22.5.03) ; il compare Jové Bové à Poujade, Olivier Besancenot à une " mouche du coche " (25.9.03 et 3.10.03). De son côté, Alain Finkielkraut ne cesse d’assimiler la " gauche de gauche " dont se réclame Corcuff à un mouvement " judéophobe ".
En acceptant une telle invitation, Corcuff allait devoir défendre ses idées contre un bloc de venin coagulé. Et puis... surprise.
Jacques Julliard : Nous sommes presque d’accord à partir de cette citation de Merleau-Ponty. Une partie de notre conversation le suggérait. [...] Vous convenez vous-même que vous faites du réformisme. [...]
Philippe Corcuff : J’avais remarqué, ça n’avait pas fait forcément plaisir à nos camarades trotskistes, que le programme d’Olivier Besancenot aux dernières élections présidentielles est beaucoup plus réformiste que le programme commun de la gauche. [...] Moi, j’ai toujours été social-démocrate...
Jacques Julliard : Moi aussi ! moi aussi !
Philippe Corcuff : ... J’ai été dix-sept ans au Parti socialiste et je défends la social-démocratie...
Jacques Julliard : Bon, simplement, j’ai pas l’impression pour l’instant que votre influence soit dominante.

Lire la suite et le sommaire de PLPL n°18.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Dessine-moi les médias : gilets jaunes et mépris médiatique

Médias et gilets jaunes, par Mathieu Colloghan

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité sur Fréquence Paris Plurielle.

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.