Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Radios associatives

Soutien à Radio Canut, menacée par l’extrême droite lyonnaise

Radio Canut est une radio associative lyonnaise qu’Acrimed a eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises [1]. Du fait de ses prises de position – en l’occurrence de son combat contre le racisme – la radio a été attaquée par des militants d’extrême-droite. Acrimed apporte son soutien aux animateurs et animatrices menacé·e·s.

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par « la plus rebelle des radios » [2].

Radio Canut a été attaqué ce samedi 16 décembre 2017 vers 23h, durant l’émission « Berbères sans frontières », un an jour pour jour après le caillassage de notre vitrine. Des fumigènes ont été jetés à l’intérieur des locaux par 2 individus non identifiés qui ont pris la fuite et proféré des menaces de morts au téléphone par la suite. Ce n’est pas la première fois que nos locaux sont visés cette année mais un nouveau palier dans la violence et l’intimidation semble avoir été franchi. Cette fois-ci, c’est une de nos émissions politiques, très écoutée par les militants kabyles dans le monde entier, qui promeut l’identité berbère et critique les pouvoirs en place et tous les fascismes qui a été directement visée.

Toute la radio condamne fermement cette attaque et apporte son soutien indéfectible à l’émission « Berbères sans frontières » et aux animateurs Ali Belkadi et Dalil Makhloufi. S’en prendre à une émission de Radio Canut, c’est attaquer la radio dans son ensemble, ses valeurs anti-autoritaires et ses combats politiques contre l’oppression des peuples et des minorités. Personne ne pourra nous dicter notre ligne de conduite ni restreindre notre liberté d’expression. Depuis plus de 40 ans, Radio Canut est et restera une radio libre et rebelle.

 

Notes

[1Voir le blog de l’antenne Rhône d’Acrimed.

[2Communiqué publié sur le site internet de Radio Canut.

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique