Accueil > (...) > Quel financement ?

Souscription 2018 : Soutenez Acrimed !

par Acrimed,

Lors de sa dernière Assemblée générale, le 3 février 2018, notre association a fait le bilan de son financement. La conclusion en est claire et nette : nous aurons encore besoin de votre soutien.



Depuis plus de vingt ans, Acrimed porte une critique des médias indépendante, radicale et intransigeante. Une critique des médias que nous essayons de faire vivre en faisant paraître depuis 2011 une revue trimestrielle, Médiacritique(s), en publiant sur notre site plusieurs articles chaque semaine, tous en accès libre, et en organisant des événements – les Jeudis d’Acrimed, les Journées de la critique des médias – qui eux aussi sont gratuits.

Acrimed est une association indépendante : nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions (sans être hostiles toutefois à des subsides qui respecteraient cette indépendance) ; ce sont ses adhérentes et ses adhérents qui définissent l’orientation de l’association, élisent le collectif d’animation etc.

Cette indépendance et la pérennité de nos activités ont un coût : loin devant les abonnements et les ventes de notre magazine ou celles de la boutique, plus des trois quarts de nos ressources proviennent des adhésions et de vos dons.


C’est pourquoi, cette année encore, nous faisons appel à vous et à votre générosité !


Vous pouvez faire des dons, cela ouvre droit à déduction fiscale.

Vous pouvez adhérer à l’association, si vous partagez notre critique des médias, et cela ouvre aussi droit à déduction fiscale.

Vous pouvez vous abonner à la revue Médiacritique(s).

Vous pouvez faire tout ça à la fois !

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

« Vous avez la parole » sur France 2 : les cheminots sur le grill

Haro sur les régimes spéciaux dans l’émission de débat de France 2.

La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande

Misère de l’information sociale sur le service public.