Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Que sont les journalistes ? Où va le journalisme ?

Sauver les RTT dans la presse (SNJ)

Nous publions ci-dessous, sous son titre original, un communiqué du SNJ (Acrimed)

Sauver les RTT, c’est travailler bien et partager avec les précaires !


Dans plusieurs organes de presse (Express-Roularta, Revue Financière, République du Centre…), les directions proposent le « rachat » de jours RTT, quand elles ne dénoncent pas purement et simplement les accords les prévoyant.

Le dernier exemple en date est celui de L’Yonne Républicaine. Le groupe Centre France, repreneur de la société, a décidé de dénoncer l’accord sur la réduction du temps de travail, passant de 200 à 213 jours travaillés, ou 212, si les journalistes acceptaient de racheter la journée de solidarité. En contrepartie, les journalistes ne percevront que des fifrelins,

Le SNJ rappelle que la RTT participe au maintien de l’emploi par le partage du travail. Les lois Aubry visaient à la création d’emplois, avec des aides ciblées, parfois très importantes. De nombreuses entreprises de presse ont profité de l’aubaine. En plus, elles ont souvent conditionné la création de postes à la mise en place de dispositifs de modération salariale. Aujourd’hui, elles prétendent reprendre ce qu’elles avaient mis dans la négociation sans rien – ou presque – redonner de ce qu’elles avaient reçu.

Revenir sur la RTT, c’est fragiliser encore plus une profession déjà précarisée. C’est travailler beaucoup plus pour toujours moins puisque, dans de nombreuses formes de presse, les salaires sont bloqués.

Ce qui se passe à L’Yonne Républicaine, à La République du Centre et ailleurs, laisse craindre une remise en cause générale des acquis de toute une profession.

Ce qui se passe à L’Yonne Républicaine, à La République du Centre et ailleurs, fera que, pour de nombreuses années encore, les portes des rédactions seront fermées aux jeunes journalistes confinés dans la précarité.

Pour dénoncer cette stratégie patronale et s’y opposer, le SNJ appelle à une journée de mobilisation des journalistes (tract, pétition, information des salariés, des parlementaires, débat citoyen, etc.) dans toutes les entreprises de presse, mardi 28 avril.

Le SNJ exige le respect des accords signés dans les groupes et dans les entreprises concernant la réduction du temps de travail et dénonce toute pression des directions visant à les remettre en cause, au détriment de la qualité de l’information. Il attire l’attention des confrères et des consœurs sur les conditions de travail qui risqueraient ainsi d’être encore plus aggravées.

Monnayer les RTT, c’est négliger l’emploi des jeunes journalistes qui frappent désespérément à la porte des entreprises de presse.

Paris, le 24 avril 09

 

A la une

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.