Accueil > (...) > Les jeudis de 2003 à 2014

Jeudi d’Acrimed :

« Reportages et enquêtes au risque de la télévision »

Jeudi d’Acrimed :

« Reportages et enquêtes au risque de la télévision »

Avec Jean Bigot (producteur), Marcel Trillat (journaliste), et Raoul Sangla (cinéaste)

Paris, le jeudi 18 novembre à 19 heures [1]

A la Bourse du travail, 1 rue Charlot 75010 Paris. Métro République.

- Parmi les questions à soulever :

- Quelle place est accordée aujourd’hui à la télévision (et en particulier dans le secteur public) aux reportages et aux documentaires ?
- Quels reportages et quels documentaires ?
- Quelle est la politique de production et de programmation suivie dans ce domaine ?
- Comment sont choisis les sujets de reportage ?
- Comment se monte un projet de documentaire (sujet, financement, relations auteur- producteur-diffuseur).
- Comment peuvent travailler les journalistes et les documentaristes entre exigence professionnelle et contraintes institutionnelles (rapidité exigée, reportage gonflés et faux documentaires, coups médiatiques, télévision de la peur...) ?
- Quelle est la politique des chaînes (attentes et commandes, financement et horaires de diffusion, composition et sommaires des émissions) ?
- Quelle évolution des émissions d’enquêtes et de reportages sur la longue période (de "5 Colonnes à la Une" à "Envoyé spécial")
- Quels sont les sujets et les formes privilégiés ?
- Existe-t-il encore une spécificité du secteur public en ces domaines ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[118 novembre et non le 16, comme indiqué par erreur dans une information précédente

A la une

Les retraites dans Le Parisien : propagande à la Une

Les Unes exemplaires d’un quotidien aux ordres (bis).

Comment « Le Point » ruine le journalisme

Un communiqué du SNJ-CGT et de la Filpac-CGT.

Sur LCI, Daniel Cohn-Bendit invente des agressions physiques

Pilonner le mouvement social. Quitte à diffuser des fake-news ? Oui.