Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > En direct de Radio France Internationale (RFI)

Rentrée sociale à RFI : la trêve est finie ! (Intersyndicale)

Nous publions ci-dessous un tract de l’intersyndicale de RFI (SNJ, FO, SNRT-CGT, SNJ-CGT), daté 1er septembre 2009, suivi d’une lettre ouverte à Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, 26 août 2009

Une assemblée générale a voté la reprise de la grève. Elle avait démarré le 12 mai. Au bout de 9 semaines, elle avait été suspendue le 14 juillet.
La réunion de négociation, sous préavis du 31 août, entre la direction et les délégués syndicaux, n’a donné aucun résultat. La direction refuse toujours de remplacer le plan de licenciement de 22 % des effectifs par un plan de départs volontaires.

La hiérarchie de l’information était présente à l’assemblée pour la première fois. Il est vrai que la direction avait appelé au cours d’une série de réunions les participants à aller voter contre la grève.

Résultat : la grève a été votée par 94 voix, 8 contre, et 22 abstentions.
Dès aujourd’hui, la grève reprend donc progressivement. Plus que jamais l’intersyndicale appelle le personnel a être solidaire et uni dans cette dernière ligne droite pour dire non à un plan social mortel pour RFI et attentatoire à l’idée même du service public.

La direction a prévenu, contrairement à l’usage dans l’entreprise, que les grévistes pourraient être remplacés par des non-grévistes sur leur vacation.
Nous demandons solennellement à tous les salariés de l’entreprise de ne se pas prêter au jeu de la direction en acceptant d’être déplacé des tableaux de service pour remplacer un gréviste. […]

Paris le, 1er septembre 2009


A l’attention de Monsieur Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication

Paris, le 26 août 2009

Monsieur Le Ministre,

Nous avons appris par voie de presse que vous vous apprêtiez à recevoir les dirigeants de l’AEF, et donc de RFI, Mme Christine Ockrent et Mr Alain de Pouzilhac. Par la présente, nous souhaitons vous rappeler que nous avons sollicité un entretien avec vous par un courrier du 17 juillet et que nous sommes toujours sans réponse. Nous avons certes été reçus par des membres de votre cabinet en présence de la directrice déléguée, Mme Goetzinger, le 10 juillet, mais ce rendez-vous n’a aucunement permis d’entrevoir une sortie de crise, Mme Goetzinger réaffirmant que des licenciements « contraints » (donc des départs autres que volontaires) étaient, pour la direction, indispensables. Ils sont pour nous insupportables.

Pour qu’une sortie juste et honorable soit trouvée à la crise que connaît actuellement RFI, il serait légitime que vous entendiez les deux parties prenantes du conflit, d’autant plus que, selon votre conseiller, M. Gallet, l’Elysée vous a confié la médiation dans ce conflit que nous réclamons depuis longtemps. Comme nous vous le disions dans notre courrier du 17 juillet, la grève n’a pas été levée à RFI ; elle a simplement été suspendue car la direction campe toujours sur des positions que nous jugeons inacceptables, et ce malgré nos propositions de compromis.

Comme nous vous le disions encore dans cette lettre du 17 juillet, « l’avenir de RFI et l’existence même de l’AEF sont aujourd’hui entre les mains de l’homme de culture, de médias, de dialogue et de communication que vous êtes. Une réforme est possible, les synergies sont souhaitables, le personnel en est conscient. Relevez ce défi avec nous, nous y sommes prêts. »

Monsieur le Ministre, nous sommes toujours à votre disposition pour convenir d’un calendrier de sortie de crise.

Dans cette attente, nous vous prions, Monsieur le Ministre, de bien vouloir agréer l’expression de notre haute considération.

L’Intersyndicale FO, SNJ, SNJ -CGT et SNRT-CGT - Paris, le 26 août 2009

 

A la une

Réapproprions-nous les médias !

Une déclaration commune, à signer et à partager

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.