Accueil > Critiques > (...) > Les médias et les quartiers populaires

RFI n’a pas 47 minutes par semaine à consacrer aux banlieues

par Laurent Mucchielli,

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de son auteur un article paru sur le site de Laurent Mucchielli. (Acrimed)

Microscopie est une émission de RFI créée et animée depuis 8 ans par le journaliste Edouard Zambeaux. Son credo : « Microscopie est un magazine de société mêlant reportages et éclairages, qui veut partir du détail pour arriver à voir les conséquences humaines de situations ou de débats qui ne sont bien souvent évoqués que dans leur globalité. (...) Reportages et témoignages au plus près du quotidien des gens sont mis en perspective chaque semaine par des experts ou des grands témoins invités en studio ou rencontrés sur le terrain ». L’émission marche bien. L’une de ses journalistes vient même de recevoir le prix de la Radio Suisse Romande pour un reportage produit et diffusé par Microscopie. Et pourtant, l’émission s’arrêtera le 31 octobre 2010. Pourquoi ? E. Zambeaux le raconte sur la page Facebook de l’émission. Convoqué par la direction, il s’entend dire : « la banlieue ne mérite pas 47 minutes hebdomadaire sur RFI ».

Cette suppression de Microscopie n’est pas sans rappeler celle de l’émission de télévision de France 3 Saga-Cités, ce « magazine hebdomadaire de la ville et des banlieues » produit et animé par Bernard Loche de 1991 à juin 2002, date à laquelle elle fut tout aussi arbitrairement et brutalement supprimée. Et là aussi, ce n’était pas l’audience de l’émission qui était en jeu, mais bien son propos. « Nous avons le sentiment d’avoir donné chaque semaine la parole à cette fameuse France d’en bas, comme disent ceux qui aujourd’hui la regardent d’en haut et font mine de la redécouvrir », disait à l’époque son concepteur. Celui de Microscopie aurait sans doute pu écrire cette phrase lui aussi.

Quels journalistes font encore des enquêtes ?

C’est la question de fond que l’on peut se poser. Les journalistes de Microscopie faisaient des enquêtes, interrogeaient des experts, rencontraient aussi bien des représentants d’institutions que des associations et des habitants, ils allaient sur le terrain et n’avaient pas besoin pour cela de « fixeurs ». De même, un journaliste comme Luc Bronner au Monde est encore intégralement spécialisé sur ce sujet et peut le suivre sur plusieurs années, au point d’en faire un livre très intéressant (même s’il n’est pas sans poser de sérieux problèmes). Mais qui a encore ce luxe parmi les journalistes de la presse écrite ? Et que dire de la télévision ? On est sidéré par ces innombrables documentaires, reportages et autres émissions de télévision qui n’osent plus s’aventurer dans des quartiers que, par ailleurs (mais est-ce vraiment une coïncidence ?), elles ne cessent de décrire comme des coupe-gorges et plus généralement des lieux de régression sociale. « Appel d’urgence » de TF1 nous l’avait montré le 12 octobre, mais quelques jours plus tard « Pièces à conviction » de France 3 fit quasiment de même avec son émission intitulée "Enquête au coeur de l’ultra-violence". Autre fait récent et troublant : ce journaliste du Point - qui a pourtant le statut particulièrement valorisé et envié de « grand reporter » - pris en flagrant délit de bidonnage, se permettant de parler de la polygamie sans avoir jamais rencontre la moindre famille concernée. L’affaire a fait le tour de la blogosphère, mais les journalistes de métier n’en ont étrangement quasiment pas parlé, ou bien l’ont fait en évitant soigneusement le terme de « bidonnage » (préférant parler d’un journaliste « piégé »). Un peu comme s’ils craignaient que cela leur arrive un jour ou l’autre. D’ailleurs cela vient même d’arriver au Bondy Blog, même si ses dirigeants ont eu l’honnêteté de le reconnaître publiquement sans chercher d’excuses. À défaut d’enquêter et de produire soi-même de l’information nouvelle, que devient la règle la plus élémentaire du journalisme : vérifier la fiabilité des informations que l’on reçoit ?

Vers où allons-nous ainsi ? Et quelles sont les conséquences politiques de ce traitement médiatique des banlieues ? Qu’est-ce qui, par exemple, empêchera la reproduction d’un 21 avril 2002 si ce discours d’ultra-stigmatisation des « immigrés de banlieue » se poursuit ?

Cachez cette misère que l’on ne saurait voir, parlez-nous plutôt de ces immigrés de banlieues violents et rétrogrades

D’autres le préparent déjà activement. Difficile de ne pas faire un lien avec une autre émission de radio écoutée ce 24 octobre, sur une autre chaîne du service public (France Culture), où l’essayiste Alain Finkielkraut poursuit sa petite entreprise de division sociale. Dans une émission intitulée « Le choc des cultures », il avait invité le sociologue Hugues Lagrange pour son livre controversé « Le Déni des cultures » (voir notre dossier), le producteur Daniel Leconte pour sa prétendue enquête « La Cité du mâle » (voir notre commentaire) et Jeannette Bougrab, la nouvelle présidente de la HALDE dont il faut écouter les propos atterrants, qui référent toute analyse de l’immigration à sa propre histoire personnelle. Leurs verbatims (sauf Hugues Lagrange, qui est tout de même d’un autre niveau intellectuel) sont éloquents : « dérive des cités sensibles », « reportage terrifiant », « monde où les européens n’ont pas leur place », « barbarie », « violence insupportable », « espèce de ségrégation sociale ou je ne sais trop quoi », « Africains avec lesquels il y a quand même un problème », « arrêtons avec ces histoires d’origine sociale, de machin »... Une bonne partie du café du commerce et de son répertoire du mépris social et de la xénophobie douce y est passée.

***

- Réécouter les dernières émissions de Microscopie sur les Roms.
- Relire un article de Mogniss H. Abdallah La saga de l’immigration et des cités sur France 3 (Hommes & Migrations, 2002).

Laurent Mucchielli


Précisions d’Acrimed
- Sur la suppression de Saga-cités, voir ici même « Fin de Saga-Cités », 23 juin 2002.
- L’article de Mogniss H. Abdallah est également disponible sur notre site.
- Nous publierons prochainement un article consacré à l’émission d’Alain Finkielkraut mentionnée par Laurent Mucchielli.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.