Accueil > Critiques > (...) > Revenus, "ménages" et compléments

Quelques revenus de journalistes en 2002

Le 25 janvier 2002, Le Point publiait une article d’Emmanuel Berretta - « Journalistes : les « stars » et les « autres »... » - dont on peut retenir les données suivantes exprimées en brut mensuel.

- Localier qui débute dans un quotidien régional : 1520 euros.
- Patrick Poivre d’Arvor : 45 700 euros brut par mois rien qu’en salaire.

Emmanuel Berretta explique ainsi les différences selon les médias : « (...) les grandes strates de salaire dépendent d’abord de l’importance du revenu publicitaire de la famille de presse à laquelle ils appartiennent. Pas étonnant que la presse écrite (5 % du gâteau publicitaire) rémunère plutôt moins que la radio (20 %), laquelle rétribue moins bien que le colosse télévision et ses 75 % de parts de marché publicitaire. »

Sur TF1 :

- 2 668 euros mensuels en début de carrière
- Grand reporter : entre 3 811 et 5 335 euros
- Rédacteur en chef adjoint : entre 4 878 et 6 860 euros pour.
- Rédacteurs en chef : chiffres confidentiels.

Presse écrite :

- Directeur de la rédaction de la presse économique : de 7 900 euros jusqu’à 9 450 euros en incluant l’ancienneté, les primes, l’intéressement et la participation aux résultats.
- « Sur la base des mêmes surprimes, un reporter gagne en moyenne 3 680 euros par mois, un chef de rubrique 3 710 euros, un grand reporter 4 685 euros, un chef de service 4 395 euros, un rédacteur en chef adjoint 5 195 euros, enfin un rédacteur en chef 6 072 euros. »

Le Monde :

- Salaire le plus bas : 2 662,18 euros.
- Salaire le plus élevé : 9 324,59 euros par mois.
- Salaire moyen proposé : 4 376,07 euros.

« Pour être juste, il faudrait ajouter les notes de frais et l’abattement fiscal propre aux détenteurs d’une carte de presse... »

... et (à lire) Les " ménages " des "stars" du journalisme.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Contre la suppression de la redevance ! Pour la refondation de l’audiovisuel public !

Soutien à la mobilisation des salariés de l’audiovisuel public.

Suppression de la redevance : « Les salariés de l’audiovisuel public ne pourront pas porter seuls le débat. Et il ne le faut pas ! »

Entretien croisé avec Fernando Malverde, Lionel Thompson (CGT Radio France), et Jean-Hervé Guilcher (SNJ-CGT France Télévisions).

Journalisme de (1ère) classe

Deux illustrations tirées du Médiacritiques n°42.