Accueil > Critiques > (...) > Pratiques et dérives de l’AFP et autres agences

Communiqué

Quand le média AFP désinforme sur l’entreprise AFP

Nous publions ci-dessous un communiqué de syndicats de l’AFP (SNJ-CGT, SNJ, FO) - (Acrimed)

Quand le média AFP manipule l’information sur l’entreprise AFP

La direction s’est arrogée le droit de modifier la dépêche rendant compte de l’assemblée générale de mercredi dernier et du vote de la grève, sans même en aviser le service de production émetteur de la version initiale.

Suite à une intervention de la direction, la rédaction en chef a sensiblement aménagé la présentation de la position de la direction. Interrogé jeudi en Comité d’entreprise sur cette intervention intempestive de la direction dans la couverture, le responsable de la communication de la direction, Yves de Saint Jacob, s’est borné à répéter en boucle que la direction avait fourni « des quotes » qui résumaient sa position.

Qu’est-ce que cela signifie ? Que le journaliste n’a pas le droit d’exercer son métier en relevant dans ces quotes « officiels » ce qui lui parait important, ou non, mais qu’il doit se borner à les reproduire fidèlement ?

Pour quelle raison les syndicats ne seraient-ils pas eux aussi autorisés à revoir la couverture de leurs déclarations et pourquoi ce « privilège » serait réservé à la seule direction ?

Cette consigne rédactionnelle va-t-elle être étendue au traitement de toutes les entreprises, des hommes politiques, etc..? Chaque source pourrait ainsi réécrire ce qui lui semble le plus favorable.

Les déclarations seraient passées in extenso en évitant qu’un obscur scribouillard ne se mêle de rechercher ce qui relève réellement de l’information...

Une conception de l’information qui relève davantage de la communication, voire de la propagande.

Ce n’est définitivement pas notre métier.

Quand le média AFP occulte l’information sur l’entreprise AFP

La malheureuse affaire de la dépêche révélant le nom de la nouvelle compagne de Nicolas Sarkozy prend une tournure de plus en plus dangereuse pour l’Agence. [Lire ici même « L’AFP sous le coup d’un procès pour excès de people ! » (SNJ-CGT, FO et CFDT) - précision d’Acrimed]

Après avoir imposé, contre l’avis du service politique, la rédaction de la dite dépêche, après avoir évoqué au conditionnel, au mépris de toutes les règles de l’agence, le possible dépôt d’une plainte, la direction de l’information interdit aujourd’hui toute information sur la dite plainte, alors qu’elle est effectivement déposée.

La direction a clairement indiqué aux journalistes qu’il n’était pas question d’évoquer cette procédure, refusant de leur fournir l’assignation des plaignants.

Il s’agit d’une entorse grave aux principes professionnels et d’une nouvelle manifestation de la dérive rédactionnelle de la maison. Lorsqu’on en arrive à privilégier le people et à occulter la véritable information, sans avoir le courage d’assumer ses propres choix, il y a de quoi s’interroger sur les orientations de l’Agence France Presse, troisième agence mondiale d’information.

Quelle crédibilité auront à l’avenir les journalistes en charge des affaires de justice vis-à-vis de leurs sources si l’AFP devient « celle qui parle des plaintes contre les autres, mais pas des plaintes contre elle-même » ?

Quelle est cette situation ridicule où la presse parle de la plainte contre l’AFP, sauf l’AFP elle même ?

Décidément, nous n’avons pas la même conception du métier.

SNJ-CGT, SNJ, FO, 21 octobre 2005

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité dans l’émission « l’Hebdo » sur Fréquence Paris Plurielle, pour évoquer le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes.
Cette émission a été (...)

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des journalistes.
En vingt (...)

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.