Accueil > Critiques > (...) > Présidentielle 2017

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

par Mathias Reymond,

Deux ans après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence, une partie des médias dominants déchantent, plus ou moins ouvertement. Mais aucun ne rappelle qu’en 2017, chacun joua son rôle dans la partition du véritable panégyrique déversé sur le corps électoral. Y compris Mediapart, où Macron avait « commencé un peu [sa] campagne » et où il avait donné son dernier entretien, dans les dernières heures qui précèdent officiellement la clôture.

Nous publions cet extrait du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » (en vente sur notre boutique) qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017, en attendant d’en débattre lors du prochain Jeudi d’Acrimed, le 27 juin 2019 à la Bourse du travail à Paris.

Le 26 avril 2017 dans L’Express, Christophe Barbier, exalté, met à profit son bagage de normalien : « Emmanuel Macron incarne déjà la plus incroyable aventure politique de la Ve République. […] Nous avons été témoins de la concrétion d’un enfant du siècle. […] Mais, d’ores et déjà, par l’effet Macron, plus rien ne sera comme avant dans la vie politique française. Il faut voter Emmanuel Macron. »

Deux jours plus tard, dans Libération, exploitant le même registre lyrique, Laurent Joffrin met en garde contre l’abstention : « C’est bien l’esprit de la République qui est en jeu. […] La République qui laisse ouvert le choix des politiques, du centre, de droite ou de gauche, au lieu de jeter la France dans l’enfermement nationaliste. La République, les choses étant ce qu’elles sont, c’est le vote anti-Le Pen. C’est donc le vote Macron. »

Une douce propagande – certains parlent de « pédagogie » – en faveur du vote Macron s’est jointe au vacarme médiatique. Ainsi, sur France Inter, le 28 avril 2017, Thomas Legrand dénonce cette « idée de renvoyer dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron, [qui] prospère à la gauche de la gauche. » Puis, déclarant sa flamme à son futur président, il fulmine : « Une équidistance entre un banquier et un fasciste est aussi absurde qu’entre un curé et un communiste, un pompiste et un écologiste, un plombier-zingueur et un centriste ! On est dans la caricature et le schématisme sectaire le plus abouti ! Parce qu’Emmanuel Macron n’est pas un ultralibéral, c’est un social-libéral. Sa conception du rôle de l’État n’est pas tournée vers le désengagement et ses idées sur les relations sociales procèdent au mieux (vu de gauche) d’une tradition rocardo-CFDT d’inspiration scandinave, au pire schröderienne, mais pas du tout de l’ultra-libéralisme d’une Margaret Thatcher, par exemple ! »

En effet, Macron n’est pas Thatcher, pas plus que tous les présidents avant lui. Et s’il était permis de douter, au regard de la politique qu’il avait menée en tant que ministre de l’Économie quelques mois plus tard – mais Legrand ne pouvait pas savoir… –, celle qu’il mène en tant que président interdit de croire à une quelconque inclinaison à gauche de ses politiques économiques et sociales. Il suffit désormais de lister ses mesures – suppression de l’impôt sur la fortune, maintien du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), baisse de l’impôt sur les sociétés, gel des pensions de retraite et des allocations familiales, etc. – pour constater que Macron n’est pas même « social-libéral ».

Sur la radio publique, encore, Patrick Cohen reçoit, avec un empressement aussi visible que complice, le directeur de Mediapart Edwy Plenel dans sa matinale. À son tour, passage médiatique obligé de l’entre-deux-tours, l’ancien directeur de la rédaction du Monde fait (humblement) la retape pour le vote Macron : « Parfois j’ai l’impression que je les convaincs mieux [les électeurs, de voter Macron] que certains de ses soutiens. »

Créé en 2008 par Edwy Plenel, François Bonnet, Gérard Desportes et Laurent Mauduit, le site d’information Mediapart s’est construit comme un média complètement indépendant, sans publicité et financé uniquement par les abonnements des lecteurs. Hormis Le Canard enchaîné et Charlie Hebdo, rares sont les médias qui ont su pérenniser ce modèle économique ambitieux, souvent voué à l’échec. Bâti comme l’organe de presse qui allait être le premier opposant de Nicolas Sarkozy, le pureplayer fit des enquêtes d’investigation son fonds de commerce. Le succès de l’entreprise alla au-delà de l’espérance de ses fondateurs, reposant sur des rubriques pertinentes nourries par des articles de qualité. Comme c’est le cas au Monde, au Canard enchaîné, à Radio France ou dans Les Échos : de bons journalistes qui font bien leur travail.

Le média était considéré comme un compagnon de route de la gauche. Cette gauche qui ne renonce pas face au rouleau compresseur du capitalisme, celle qui est dans la rue contre les réformes antisociales et pour soutenir les minorités, bref, celle qui s’étend du PS à l’extrême gauche. Puis il y eut cette fameuse campagne de 2017. Et cet entre-deux-tours.

À la veille du premier tour, le 21 avril 2017, Edwy Plenel prend son clavier et tapote un (très) long texte. Il imagine un second tour idyllique (pour lui), opposant Mélenchon à Macron plutôt que Le Pen à Fillon : « Il ferait enfin droit aux alternatives radicales, nées des résistances citoyennes, aussi bien sociales que démocratiques et écologiques, indéniablement captées par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, en les confrontant à la tentative de renouveau du traditionnel “cercle de la raison” européen, économique et institutionnel que porte le mouvement En marche ! d’Emmanuel Macron. » Et d’ajouter : « À des pôles opposés, ces deux dynamiques inédites sont logiquement au cœur de l’incertitude du vote : l’un comme l’autre – Jean-Luc Mélenchon avec plus d’antériorité – ont compris qu’un ancien monde était en train de sombrer dans les ruines pavées d’impuissance et d’inexistence de la présidence Hollande. » Une dernière phrase qui met implicitement Mélenchon et Macron au moins à égalité.

Les mois précédents, les articles consacrés au leader de la FI avaient été peu flatteurs (notamment sur la Syrie et sur la Russie [1]) et l’on peut comprendre que Mélenchon refuse de se rendre dans les locaux de ceux-là mêmes qui l’attaquent tout en défendant l’idée d’une alternative « citoyenne » et « démocratique ».

Dans son texte onirique sur le premier tour, Plenel parle du « sort fait au droit à l’information durant cette campagne [comme d’un] symptôme inquiétant. Du refus par certains candidats des questions qui fâchent [2], libérant une violence qui ne fut pas seulement verbale, aux intolérances de leurs supporters, qui n’imaginent de presse que soumise ou partisane, cette haine du journalisme et, surtout, de son indépendance est une alarme sérieuse ». Faut-il le préciser, tandis que Mélenchon boycotte les invitations de Mediapart, Macron les honore. La première faite au futur candidat débouche, le 2 novembre 2016, sur un très long entretien au cours duquel Macron doit affronter les questions de toute l’équipe, mais surtout celles de Laurent Mauduit, qui se définit lui-même comme un « soutien critique » de l’ex-ministre de l’Économie. En mars 2017, Philippe Riès, inquiet du risque que Macron « provoque l’anathème » dans une France dont la « “culture” économique » est marquée au sceau de la « doxa étatiste », tente de démontrer que « les propositions économiques du candidat d’En marche ! procèdent d’un libéralisme très modéré [3] ».

Puis vinrent les résultats du premier tour. Et le silence de Jean-Luc Mélenchon. Si les journalistes de Mediapart n’ont pas été les premiers à attaquer Jean-Luc Mélenchon sur son refus de donner une consigne de vote pour le second tour, ils n’étaient pas les derniers pour autant.

Dans un premier temps, Plenel et ses troupes pourfendent Mélenchon pour son refus d’appeler sur-le-champ à voter Macron : « Il a réussi à transformer ce succès collectif en échec personnel », déclare Plenel sur BFMTV le 24 avril ; puis le 1er mai sur France Inter : « Il y a une erreur fondamentale de Jean-Luc Mélenchon, de ne pas prendre en compte le rapport de force. Dans sa chevauchée solitaire, personnelle, et en effet qui peut nourrir du sectarisme, de l’exclusive, de la clôture et de la fermeture, il ne prend pas conscience qu’il bénéficie d’un immense désastre. »

Enfin, deux jours avant le second tour et dans les dernières heures qui précédent officiellement la clôture de la campagne, Mediapart invite Emmanuel Macron pour ce qui a été sa derrière intervention médiatique, le 6 mai 2017. Un véritable cadeau de la part du futur président, qui, en échange, lui permettait de rameuter l’électorat de gauche. Quelques extraits d’un long entretien parfois incisif, souvent prévenant et toujours jovial :

Edwy Plenel : Nous recevons celui qui va rassembler les voix de tous ceux qui veulent dire non, non à l’extrême droite, non aux héritiers du fascisme, non aux tenants de la haine et des peurs. […] Merci d’avoir accepté notre invitation lancée il y a une semaine. Vous aviez commencé un peu votre campagne ici à Mediapart…

Emmanuel Macron : … C’est vrai…

Edwy Plenel : … par deux heures et demie d’un live avec des questions qui fâchent, des questions cash. Et d’ailleurs, une semaine après, ça vous a musclé, vous avez annoncé officiellement votre candidature. […]

Emmanuel Macron : Merci beaucoup. Moi, je suis très heureux de finir cette campagne ici parce que j’avais apprécié la liberté de ton et le respect du débat qu’on avait eu la première fois. […] La démocratie n’est pas un jeu dans lequel on gagne à chaque fois. […] Vous avez une position de principe, devoir démocratique et citoyen. […] Les ultragauche et les ultradroite ont décidé depuis le début que j’étais leur ennemi. […] Je suis le métèque de la bande. […]

Emmanuel Macron : Je continuerai à être libre. Libre. J’ai été libre de devenir un banquier d’affaires alors que je viens d’une famille où il n’y a jamais eu de banquier d’affaires depuis des générations, pas plus qu’un inspecteur des finances. J’ai été libre de quitter ce monde, qui pensait que j’étais fou, pour rejoindre qui plus est une équipe de gauche alors que tout le monde dans ce milieu est plutôt de droite. […] Donc je continuerai à être libre. Tant pis pour eux si ça ne leur plaît pas.

Edwy Plenel : Nous sommes au clair, ici. Karl Marx venait d’une famille bourgeoise allemande, il a choisi le camp des prolétaires. Il y a eu un banquier qui a été le chef de la gauche du Parti socialiste, qui a été banquier beaucoup plus longtemps que vous, qui s’appelait Emmanuelli…

Emmanuel Macron : … Je vous remercie de le rappeler.

Edwy Plenel : … et avec lequel Jean-Luc Mélenchon a milité très longtemps. Donc, on ne va pas vous assigner à résidence ici.

Durant quinze jours, comme tous ces médias – du Monde au Canard enchaîné en passant par Radio France et Les Échos – qui font parfois un travail de qualité, Mediapart a fait campagne pour Emmanuel Macron. Aussi, malgré l’habillage, Mediapart n’a pas été autant qu’il veut le faire croire « un média à part ».

Des exemples par dizaines, dans les émissions de débats, sur les ondes et dans la presse écrite, où les éditoriaux pour le vote Macron ont envahi les colonnes des journaux. Libre à chaque chroniqueur d’appeler poliment à voter Macron – surtout face au Front national –, mais on peut s’interroger sur cette absence de pluralisme dans les médias… En « posant sur le fonctionnement des médias un verre grossissant », l’entre-deux-tours de la dernière élection présidentielle a dévoilé la prétention d’une clique de journalistes à dicter aux gens ce qu’ils devaient penser (et faire), mettant à nu ses méthodes : « un prosélytisme infantilisant dont l’aspect primitif aurait même indigné le Rodong Sinmun, l’équivalent nord-coréen du Monde [4] ».


Mathias Reymond

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Par exemple, le 5 mars 2015, dans un article aimablement titré « Jean-Luc Mélenchon joue à saute-cadavre », Fabrice Arfi et Antoine Perraud écrivent que, « en notre Ve République, son accès au pouvoir serait le pendant, à gauche, de ce que fut, à droite, l’expérience sarkozyste : la rencontre d’un ego effréné avec des institutions pousse-au-crime ».

[2Souligné par nous : il est évident que sont visés Mélenchon puis les militants de la France insoumise.

[3Philippe Riès, « Le libéralisme furtif d’Emmanuel Macron », Mediapart, 12 mars 2017.

[4« Les bacchanales de la vertu », PLPL, avril 2005, n° 24.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »