Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > En Belgique

Pétition pour libérer la Radio Télévision Belge Francophone de la publicité commerciale (par Respire)

Nous publions ci-dessous, avec l’autorisation de l’association Respire et sous forme de « Tribune », un appel à pétition pour la suppression progressive de la publicité sur la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) - (Acrimed)


LIBÉRONS LA RTBF DE LA PUBLICITÉ COMMERCIALE !

Le prochain contrat de gestion de la RTBF, dans lequel seront fixées les obligations de ce service public pour les années 2007 à 2012, est en cours de négociation.

Respire asbl [1] lance une pétition afin de supprimer progressivement la publicité commerciale sur cette chaîne publique, et d’inscrire dans le futur contrat de gestion de la RTBF que d’ici 2012, toute publicité commerciale sera interdite sur ce service public.

Les téléspectateurs sont saturés de publicité commerciale qui sert les intérêts de groupes privés et influence négativement la qualité des programmes (en 2004, 65% des américains se sentent harcelés par la publicité et souhaitent la voir mieux régulée [2]).

La publicité commerciale hypothèque l’autonomie éditoriale de la chaîne ainsi que sa viabilité financière. Le message véhiculé par la publicité commerciale s’oppose aux principes du service public qui comme son nom l’indique est au service du public et non des intérêts privés marchands.

Par conséquent, nous demandons à Mme Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel et de la Jeunesse, des membres du Gouvernement et du Parlement de la Communauté française :

1) de libérer notre chaîne publique de la publicité commerciale et d’inscrire dans le futur contrat de gestion de la RTBF que d’ici 2012, toute publicité commerciale sera interdite sur ce service public.

Pour ce faire et à titre d’exemple, les nous proposons de libérer la RTBF de la publicité commerciale en deux étapes : une première étape courant jusqu’au 31 décembre 2010 après quoi la publicité commerciale serait interdite sur la RTBF après 20h, comme cela est pratiqué en Allemagne sur la chaîne ARD. La seconde étape s’achèverait au 31 décembre 2011, soit l’échéance prévue du contrat de gestion en cours de négociation, après quoi toute publicité commerciale serait interdite sur la RTBF, comme cela existe en Grande-Bretagne (BBC) et en Suède (SVT) et comme se proposent actuellement de le faire les Pays-Bas.

2) de renouer avec les missions de service public qui ont historiquement valu à la RTBF une renommée internationale et l’attachement du public belge.

Pour ce faire, les signataires de cette pétition soulignent la nécessité de réviser en profondeur l’évaluation des programmes de la RTBF qui ne doit pas être réalisée exclusivement à partir d’une mesure partiale de l’audimat mais également selon une analyse qualitative de la satisfaction des usagers.

Pour ces raisons, et considérant qu’il existe de nombreuses possibilités pour penser et organiser un financement entièrement public [3].

Signez la pétition en la téléchargeant ici

 

Notes

[1Voir la présentation de cette association sans but lucratif sur le site de Respire (note d’Acrimed)

[2En 2003, 75 % des Belges estimaient voir trop de publicité à la télévision selon le bureau Significant GfK (d’après B. Hennebert, La RTBF est aussi la nôtre, Aden, 2006, p. 55).

[3Voir, sur le site de Respire, quelques pistes de réflexion sur les RTBF, et d’autres informations qui permettraient à la chaîne ne pas tomber dans l’escarcelle de marchands dont l’objectif unique est la maximisation du profit à court terme, nous demandons à la ministre de l’audiovisuel, au gouvernement et au Parlement de la Communauté française de prendre leurs responsabilités et de choisir de sauver le service public RTBF.

Voir aussi...

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique