Accueil > Critiques > (...) > Nice Matin, Var Matin, Corse Matin : les triplés du sud-est

« Open de la Presse à Saint-Tropez : le prix spécial de la déontologie n’a pas été attribué » (Cuverville)

Quand Var matin, le 23 mai 2004, rend compte de l’Open de la presse (Lire : « Journalistes et communicants en tongs à Saint-Tropez ») , cela vaut son pesant de flagornerie et de connivence ... et mérite cette « brève » publiée sur le site de Cuverville (Acrimed)

Le cinquième Open de la Presse, organisé en l’honneur de ceux qui construisent chaque jour le Journalisme, s’est conclu par la remise traditionnelle des plumes d’or.
« [...] L’Open de la Presse n’a pas fait dans la demi-mesure en rendant hommage, samedi soir, à l’ensemble d’une profession. A ses piliers fondateurs, pionniers de toute une génération ; à ses acteurs, collectant la vérité nue au péril de leur vie ; à tous ceux qui contribuent, par leurs actions, à donner une image positive du Var » [1].

Après deux jours de petits fours et quelques débats brûlants pour faire digérer [2], l’heure était à l’émotion. On a d’abord choisi de distinguer le patriarche Georges de Caunes, deux grands reporters émargeant à France 3 ainsi que Paul Amar, désormais chroniqueur sur France 5.

Mais aussi Dominique Dabin, rédacteur en chef du groupe Nice-matin, qui a reçu sa plume d’Or des mains tremblantes de Georges-Marc Benamou, dont le boulot consiste à regarder la télé toute la semaine pour en faire une chronique dans Var matin le week-end. (D’ailleurs Georges-Marc était dispensé de rubrique ce dimanche car un autre journaliste l’interviewait à propos du débat sur l’Islam et la laïcité, sans oublier de préciser que Georges-Marc était l’auteur d’un excellent ouvrage, Un mensonge français, qui a « beaucoup remué les consciences de chacun ».)

Le meilleur restait à venir : « Jean-Marie de Peretti, ancien journaliste de Var matin, a ensuite clos cette cérémonie en honorant d’une dernière plume d’or, non pas un chef de rubrique mais un élu. "Au service du département depuis plus de trente ans", le député-maire Jean-Michel Couve est donc entré dans le cercle très fermé des Plumes d’Or ». Rappelons que monsieur Couve connaît bien le journalisme puisqu’il est cardiologue.

Comme le conclut fort justement le journaliste chargé du compte-rendu (pendant que certains de ses collègues s’éclataient en noeud papillon à Cannes), un poil désabusé, « ce cinquième Open de la Presse a montré l’exercice d’une profession confrontée aux exigences... Que bien souvent les lecteurs ignorent ».

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Pour cet extrait et ceux qui suivent : Var matin, 23 mai 2004.

[2Voir le programme et quelques digressions préalables dans l’article Journalistes et communicants en tongs à Saint-Tropez

A la une

Enquête du Monde sur les violences policières : allô les confrères ?

Comment une enquête de qualité sur les violences policières contraste avec le pire du journalisme de préfecture.

Google et compagnie : main basse sur l’information

Retour sur les nouvelles formes de collusion entre géants du numérique et médias.

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.