Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > En Italie

Nouvel attentat contre la liberté de la presse en Berlusconie

par Romana

Le 8 mai 2003, à 10.30 ont débarqué à Saxa Rubra, siège de la production de la RAI, deux inspecteurs qui ont demandé à rencontrer le directeur Antonio di Bella du TG3 (le Journal télévisé de la 3 chaîne nationale).

Ces inspecteurs ayant été chargés par le Directeur général Cattaneo d’examiner tous les reportages présentés le 5 mai, date à laquelle Silvio Brelusconi avait comparu au tribunal, dans le cadre du procès SME en cours. Or à la suite de sa
déposition un spectateur l’avait violemment apostrophé en le traitant de bouffon. En somme ce qu l’on reproche à la chaîne c’est carrément d’avoir organisé un guet-apens à l’encontre du premier ministre. Il faut préciser que le TG5, sur l’une des chaînes privées appartenant à Mediaset l’empire berlusconien des médias, avait également retransmis la scène.

L’enquête n’a pas été de pure forme, puisque les inspecteurs ont même téléphoné au journaliste de l’antenne de Milan, pour vérifier l’exactitude des chiffres concernant l’affaire qu’il avait communiqués. Enfin, l’opération de contrôle a été menée pendant trois heures auprès du directeur et de tous les journalistes, interrogés un par un, qui avaient collaboré au journal ce jour là, y compris auprès des rédacteurs et du vice-directeur de l’édition du soir.

C’est la première fois qu’un acte d’intimidation d’une telle portée est commis à l’encontre de la liberté de la presse.

Les journaux d’opposition, Manifesto, Liberazione, Repubblica ont aussitôt manifesté leur solidarité aux journalistes de la RAI, relayés par l’ensemble de la presse italienne, y compris celle modérée et de Droite, du Giornale à Famiglia Cristiana. Une action de protestation est prévue et une assemblée générale réunissant les principaux syndicats et le représentants de l’Ordre des Journalistes. Le Directeur de la RAI, Lucia Annunziata a aussitôt essayé de défendre l’organisme en affirmant qu’il ne s’agissait que d’une enquête administrative menée pour répondre aux accusations du premier Ministre.

Pour plus d’informations se connecter au site : http://www.ilmanifesto.it

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique