Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme d’élite

En bref

Menaces de mort contre Taha Bouhafs : « hors sujet » selon Julien Pasquet (CNews)

par Frédéric Lemaire, Henri Maler,

Julien Pasquet, présentateur de l’émission « Soir Info » sur CNews, est déjà un chien de garde accompli. Ex-journaliste sportif, comme son collègue (et mentor) Pascal Praud, il est passé maître dans les interventions tonitruantes. Qu’il s’agisse de « se ficher des chiffres » (quand ils ne lui conviennent pas) ou de juger de l’insuffisante présence des musulmans à l’hommage à Samuel Paty. Sa dernière prestation : son refus de prendre en considération les menaces de mort adressées au journaliste Taha Bouhafs.

La scène se passe sur CNews le 16 novembre 2020 lors de l’émission « Soir Info » diffusée à 23h30. Julien Pasquet arbitre un « débat » sur la liberté d’expression. Il est longuement question des insultes et menaces de mort qui visent une adolescente, Mila, qui a diffusé des vidéos virulentes contre l’Islam, quand David Guiraud (LFI) intervient :



Tout est indécent dans l’intervention de Julien Pasquet. Les menaces de mort et les insultes racistes contre Taha Bouhafs ? Hors-sujet ! « Mon débat » est « pris en otage », dit-il. Propriétaire de l’émission, son débat n’appartient qu’à lui et non à ses interlocuteurs. Haro sur le « preneur d’otage » et sur Taha Bouhafs coupable d’« insultes et invectives » contre la représentation nationale... qui se confond dans l’esprit du présentateur avec un député de la majorité LREM [1]. Horrible insulte en vérité : refuser de discuter avec un député de ladite majorité, présenté comme un « playmobil » (parmi d’autres…).

« La liberté d’expression en danger ? » interroge le bandeau qui sert de sous-titre à l’émission. Sur CNews, la réponse est dans la question…


Henri Maler et Frédéric Lemaire


Compléments : un adepte du journalisme selon Pascal Praud


On devait déjà à Julien Pasquet quelques « coups d’éclat ». Pour n’en citer que deux : le 19 octobre, il livrait les conclusions d’une enquête implacable au rassemblement en mémoire à Samuel Paty [2].



Le 20 août, face à David Guiraud (décidément le bienvenu) il décrétait se ficher des chiffres de la délinquance – pour en empêcher l’exposé [3].



N’en doutons pas : Julien Pasquet est promis à un brillant avenir sur la chaîne de Vincent Bolloré…

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Julien Pasquet fait référence à un tweet où Taha Bouhafs répond au député François Jolivet dans ces termes : « Cher petit playmobil, si tu a pensé un seul instant que j’avais le temps engager un débat avec un sombre et minuscule député comme toi... je m’inquiète pour ta capacité de discernement. » (09/11/20)

[2Plus de détail dans un précédent article.

[3Comme on peut le lire en détail dans l’annexe d’un article publié ici même.

A la une

Une partie de la rédaction se désolidarise d’un éditorial du Parisien

Communiqué intersyndical, de la SDJ et du collectif des femmes du Parisien

Spectre, une nouvelle plateforme de podcasts critiques

Pour « tracer collectivement des routes vers l’égalité et la justice ».