Accueil > Critiques > (...) > La presse féminine, laboratoire de "l’information" publicitaire

{Marie Claire} voit la vie en rose

par Véronique Maurin,

Le 1er janvier 2000, Tina Kieffer, directrice de Marie Claire, déclarait dans Marketing Magazine (n°46) : « Il n’y a aucun lien entre les demandes des annonceurs et le sommaire. On nous reproche même d’être dures, d’aborder des sujets hard. Mais la société ne va pas très bien et l’on doit aussi s’en faire l’écho. Ce n’est parce qu’on est un magazine féminin que l’on doit peindre la vie en rose. »

Le 15 novembre 2003, pour son numéro de décembre, Marie Claire affiche un titre phare sur sa couverture : « Vivez la vie en rose ! ». Et en sous-titre : « 30 façons et raisons d’être (vraiment) heureuse ».

Soit huit pages d’injonctions culpabilisantes et de pseudo guide conso, vêtements, thérapies, meubles, badges, ciné, théâtre, people, pour mettre du rose dans sa vie et « relativiser les avaries qui s’annoncent ». Bref, proclame l’éditorial, un dossier « revigorant pour aborder la prochaine année en profitant de ce droit miraculeux qui nous a été donné  : celui d’être heureuse. » (souligné par nous).

Un don de Dieu sans doute pour les bienheureuses privilégiées et un hymne au renoncement, à la résignation, à l’impuissance et à l’égoïsme le plus idiot. Bref, de la propagande qui vise à détourner les femmes de leurs réalités et des réalités du monde.

« Et si on disait stop aux lamentations perpétuelles ? Et si on jetait un sort au pessimisme, au cynisme, au catastrophisme et à toutes nos petites déprimes de gosses gâtés des pays riches ? »

Fuir la réalité, faire rêver et consommer….pour une fois, la ligne éditoriale est clairement énoncée dans Marie Claire. Au mépris de ses lectrices et de toutes les femmes.

Questions à Tina Kieffer :

- La société 2003 va mieux qu’en 2000 ? Ou bien Tina Kieffer admet-elle enfin que les annonceurs décident du sommaire du magazine ?

- C’est quoi être dures ? Informer sur ce monde tel qu’il est ? Ou imposer à ses lectrices un monde artificiel et irréel pour le bonheur des marques ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Lire : Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée, de Karim Souanef

Karim Souanef publie Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée aux Presses universitaires de Rennes (2019). En s’appuyant notamment sur un travail d’archives et sur une enquête (...)

Un documentaire sur la tournée de BHL… financé par le service public !

La promotion médiatique d’une imposture à grand renfort d’éloges courtisans et de fonds publics.

La France porte atteinte à la protection des sources (Fédération européenne des journalistes)

Une déclaration de la Fédération européenne des journalistes qui dénonce l’atteinte, par la France, à la protection des sources.