Accueil > Critiques > (...) > Libération sous la coupe de Rothschild

Libération contre Libération, ou l’honneur d’un journal (SNJ)

Nous publions ci-dessous un communiqué du SNJ (Acrimed)

Incompréhension et colère se succèdent dans l’esprit des journalistes bien informés et au Syndicat National des Journalistes (SNJ), premier syndicat de la profession, en constatant le traitement indigne infligé aux journalistes qui ont été contraints de quitter le journal en 2007, dans le cadre du dernier PSE (dit Plan de Sauvegarde de l’Emploi).

Prenez le plus grand nombre de journalistes de la génération qui a fait la qualité, la réputation et la crédibilité d’un journal en sacrifiant souvent leur vie privée et leurs revenus au profit de l’exercice de leur profession.

Poussez-les au départ « volontaire » en les rendant responsables de la survie de ce titre mythique et en niant leur droit à saisir la Commission arbitrale des journalistes [1] parce qu’ils estimaient que les indemnités données par Libération ne correspondaient pas à leur ancienneté réelle au sein du journal.

Puis, devant cette juridiction, refusez de souscrire au moindre centime supplémentaire au strict minimum légal, en affirmant qu’ils se sont portés volontaires au départ pour profiter d’un effet d’aubaine.

Enfin, si la Commission, seule habilitée par la loi, prend une décision honorable en accédant à la requête des journalistes licenciés, attaquez cette décision de justice par tous les moyens possibles.

Voilà actuellement la politique indique menée par la direction de Libération à l’encontre de journalistes qui ont eu pour seul tort de demander leurs droits.

Que cherche à faire cette direction ? Les humilier ? Faire peur à ceux qui saisiront désormais cette Commission ? Cherche-t-elle à faire des économies sur le dos des licenciés ?

Dans tous les cas, le nombre des avocats, la multiplicité des recours et des contentieux, témoignent d’un véritable acharnement et entraînent déjà des frais très lourds qui vont probablement dépasser les justes indemnités auxquelles les journalistes ont droit.

Le SNJ demande à la direction de Libération de faire cesser ces pratiques qui la déshonorent [2].

Paris, ce 24 avril 2008

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Instituée à l’article L. 761-5 du Code du Travail, la Commission arbitrale des journalistes : 1) juge du droit à indemnités de licenciement lorsqu’une faute a été alléguée par l’employeur , et ce quelle que soit l’ancienneté du journaliste professionnel dans l’entreprise ; 2) apprécie le montant des indemnités de licenciement après plus de 15 années d’ancienneté dans l’entreprise et, dans ce cas, quel que soit le motif de la rupture du contrat de travail. Pour en savoir plus, voir sur le site du SNJ. (note d’Acrimed)

A la une

« Vous avez la parole » sur France 2 : les cheminots sur le grill

Haro sur les régimes spéciaux dans l’émission de débat de France 2.

La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande

Misère de l’information sociale sur le service public.