Accueil > Critiques > (...) > Télévisions publiques : Sous le règne de François Hollande

Levée du préavis de grève à France Télévisions

par Acrimed,

La veille de la grève prévue pour le 28 novembre à France Télévisions, le préavis (publié ici-même) a été levé par l’intersyndicale qui a obtenu [1] satisfaction, peut-être provisoire, sur ses principales revendications :

- la suspension jusqu’à la mi-janvier de la procédure de suppressions d’emplois et de départs volontaires, qui prévoyait de supprimer 361 postes ;

- le principe d’un audit indépendant sur la rédaction de l’AITV (l’Agence internationale d’images de télévision, filiale dédiée à l’actualité africaine), dont direction prévoyait (comme nous l’avions indiqué) la suppression complète ;

- la négociation d’un projet alternatif au plan de départs volontaires qui pourra être proposé par les organisations syndicales ;

- la négociation urgente de la transposition des personnels techniques et administratifs (PTA) dans le nouveau système de classification et de rémunération et la négociation des mesures d’harmonisation salariale pour les journalistes et les PTA.

Enfin, à la suite du suicide Abdallah J., journaliste reporter d’images (JRI) au bureau de Bar-le-Duc de France 3 Lorraine, quelques jours après celui d’un monteur intermittent de Reims, la direction annonce la mise en place d’une « expertise » dans toute l’entreprise sur les risques psycho-sociaux.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Selon les communiqués que nous avons reçus en provenance du SNJ d’une part, du SNJ-CGT et du SNRT-CGT, d’autre part.

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.