Accueil > Critiques > (...) > Le prêt-à-penser des quotidiens d’Alsace et de Lorraine

{Les Dernières Nouvelles d’Alsace} : appel à accepter les « réformes »

par Stanislas,

Le 17 juillet 2003, Alain Howiller analyse la crise actuelle du syndicalisme allemand. Un bien bel appel à la soumission…

Dans son éditorial intitulé « Quand les syndicats allemands entrent en crise », Alain Howiller évoque la situation particulière de l’Allemagne, qui n’a pas encore fini de « digérer » sa réunification.

Il commence par un rapide mais honnête résumé de la récente histoire économique allemande, et rend compte du constat qui a poussé le puissant syndicat allemand de la métallurgie, IG-Metall, à entamer un mouvement social dur dans la partie orientale du pays, mouvement qui vient d’échouer : les écarts de salaire et de durée du travail entre l’Ouest et l’Est du pays constituent selon l’IG-Metall « des disparités qui [...] ne se justifient pas  ». Jusque là, le ton est sinon bienveillant, du moins neutre.

C’est plus loin que, subrepticement, un premier détail fait tiquer : « Le chancelier Schröder avait condamné un mouvement qu’il jugeait irresponsable[...]. L’appel à la réforme nécessaire soutenu notamment sur le plan fiscal par le SPD et la CDU-CSU ont pesé sur la situation » [1]. Tout est dans le « LA réforme », qui sous-entend l’absence d’alternative : rengaine connue.

Suivent des considérations politico-syndicalo-tactiques sur le prochain congrès du syndicat, prédit comme difficile face à ce qui est considéré comme un gros revers pour le mouvement syndical allemand pourtant réputé puissant. Admettons.

Arrivé là, on se dit qu’on a peut-être sous les yeux un papier sans réelle saveur, certes, mais pas scandaleux non plus. Seulement, la fin vient réveiller le lecteur attentif : « L’échec illustre certes la crise que le syndicalisme du « miracle économique d’hier » vit aujourd’hui : il montre aussi que dans une situation difficile, les Allemands entendent réagir en acceptant des réformes (impôts, retraites, modernisation de l’appareil d’Etat) qu’on refuse ailleurs.  »

Français, Européens, prenez-en de la graine : faites comme les Allemands, eux sont raisonnables ! Acceptez ce que vos gouvernants vous proposent, c’est pour votre bien !

Stanislas

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Souligné par moi.

A la une

Interviews à géométrie variable sur les retraites : tiens, voilà du Bourdin !

De l’art de muscler les interviews en fonction des invités.

François Pinault (et Le Point), rendez l’argent !

L’hebdomadaire profite si bien d’un système tant décrié.

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2020 !

Nos seules ressources financières : votre soutien.