Accueil > Critiques > (...) > Secteur public : Des programmes de "Service public" ?

Le PS désappointé par l’ "alternance" à la télé publique

Voila qui va mobiliser les "masses populaires" ! Un cheval de bataille choisi par les socialistes pour démontrer qu’ils jouent leur rôle d’opposant institutionnel : la place accordée à la droite par le secteur public de l’audiovisuel.

« Dans nos JT, on ne voit plus que Sarkozy », Libération (10 jan. 2003).
« Le Parti socialiste dénonce une couverture trop "complaisante" de la droite par France 2 », Le Monde (daté 11 jan. 2003).

« C’est simple, résume, ironique, un journaliste de France 2, il n’y a que le rejeton et le chien des Sarkozy qu’on n’a pas encore faits. »

Mardi 7 janvier, un député socialiste, Didier Mathus, a adressé une lettre au président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), où il dénonce le « caractère incroyablement complaisant » de France 2 à l’endroit du gouvernement Raffarin.

L’accusation se réfère principalement à un portrait de Cécilia Sarkozy, l’épouse du ministre de l’Intérieur, diffusé le 19 décembre dans "Envoyé spécial" et qualifié de « publireportage », avec des images au "caractère incroyablement complaisant", pour le député socialiste.

« Il pouvait donner le sentiment, écrit-il, que les émissions de la télévision d’Etat roumaine consacrée à Elena Ceausescu étaient des modèles de nuance et de distance critique. »

D’autres responsables du Parti socialiste ont pris le relai. Ce qui a suscité des réactions dans la chaîne.

La rédaction de France 2 est divisée, d’après les dires du Monde. "Les efforts, les stratégies de communication que le gouvernement tente de monter ne me gênent pas dans l’absolu, dit Jean-Bapiste Predali, le chef du service politique intérieure de France 2. La vraie question est quelle réponse décidons-nous d’y apporter". A propos de l’excès de couverture dont bénéficierait M. Sarkozy ? "Ses visites, il les fait depuis qu’il est nommé. Et alors ?".

Pour Gérard Grizbec, le président de la Société des journalistes de France 2, les choix faits en conférence de rédaction ne sont pas exempts de critiques. "Il y a un vrai malaise dans la rédaction". Il confie à Libé que « ce n’est pas tant le "100 minutes pour convaincre" de Sarkozy (diffusé le 10 décembre, ndlr) ou le sujet sur sa femme qui posent des problèmes. Il y a un vrai malaise dans la rédaction de France 2, et ça fait plusieurs fois que les gens gueulent en conférence de rédaction : dans nos JT, on ne voit plus que Sarkozy. »

Le médiateur de France 2 va-t-il trancher le différend ? Jean-Claude Allanic affirme selon Le Monde avoir reçu de nombreux courriers de téléspectateurs accusant la chaîne de complaisance à propos de l’"Envoyé spécial" consacré à Mme Sarkozy.

Tout en rondeur, il explique que "la télévision n’est jamais quelque chose de très critique surtout quand les gens dont on parle sont au pouvoir. Mais j’ai trouvé intéressant de voir ainsi que cette femme existait et qu’elle était omniprésente."

"France 2 est-elle aux ordres ?", questionne Libé. " Ce n’est pas si simple, tempère un journaliste : « Sarkozy fait de l’audience, c’est aussi ça, l’histoire. » "

Un débat bien cadré entre "acteurs politiques", des comptes d’apothicaires sur le partage des temps d’antenne, sans s’interroger sur la faveur accordée depuis plusieurs mois par les chaînes de télévision, par-delà les changements de majorités gouvernementale et parlementaire, à l’ "insécurité" (voir Les pyromanes, notamment lors de la campagne présidentielle de 2002).

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Importante victoire des salariés de Mondadori France

Un communiqué de l’intersyndicale de Mondadori France, célébrant une première victoire contre le projet de revente du groupe de presse à Reworld Media.

Actualité des médias : confiance dans les médias en berne, Duhamel et Fogiel à BFM-TV, grève à Radio France...

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Mort lors d’une expulsion : « circulez il n’y a rien à voir » selon l’AFP

Un monument de journalisme de préfecture par l’AFP.