Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > 2002-2008 : De quel côté du mur ?

Le Monde et le mur de la colonisation en Palestine

par Henri Maler,

Le jour même où Le Monde (daté du 9 août 2002) publie une remarquable tribune libre - « Il faut abattre le mur de l’apartheid en Palestine » - signée par Etienne Balibar et Henri Korn, notre scrupuleux quotidien de référence propose à ses lecteurs, en page 4, un article non signé, dont le titre à lui seul suscite, pour le moins, l’étonnement : « Colin Powell durcit le ton au sujet du « mur » israélien »

Passons sur le « durcissement de ton » prêté à Colin Powell : ce sont les guillemets qui entourent prudemment le mur dans le titre en question qui retiennent l’attention (et suscite l’indignation). Quoi donc ? Ce ne serait donc pas un vrai mur ? Qu’est-ce donc alors ?

L’auteur anonyme du Monde ne sait pas. Il arrive que dans le corps de l’article il parle de la « construction du mur », qui perd alors ses guillemets. Mais aussi de « la clôture qu’Israël fait construire pour séparer Israël de la Cisjordanie », sans préciser qu’il s’agit là du vocabulaire employé et des objectifs proclamés par le gouvernement israélien. Ladite « clôture » devient à deux reprises une « barrière ». Et pourquoi pas une « palissade » ?

Cette « enceinte de béton, de barbelés, de miradors, de moyens de surveillance électronique », pour reprendre les termes de la tribune d’Etienne Balibar et Henri Korn, n’est pas seulement un mur de séparation, ainsi que l’article du Monde le reconnaît lui-même en termes prudents : « le tracé de la barrière (sic) prévoit d’agréger (re-sic) au territoire israélien certaines colonies existantes au détriment du futur Etat palestinien. ». Traduisons en termes clairs et rigoureux : le mur de séparation est un mur de colonisation de la Palestine.

Pourquoi ne pas le dire ? Pour ne pas « durcir le ton » ?

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique