Accueil > Critiques > (...) > Les préparatifs de guerre

Le Monde aboie contre Le Monde Diplomatique (suite)

Le Monde a confié à l’un de ses "intellectuels" préférés _ Pascal Bruckner - le soin d’aboyer aux basques du Monde Diplomatique.

"Chien de garde" ? Vous avez dit "chien de garde" ? Tout au plus un roquet. Qui après avoir tiré pour Le Mondele bilan de 2002 (lire l’ article correspondant) ouvre de vastes perspectives pour les "débats" de 2003 : les sympathies rétrospectives de la "gauche extrème" pour Hitler.

Cela s’intitule "Paradoxal pacifisme" et c’est paru dans Le monde daté du 4 février 2003

"De par le monde, les partisans d’une non-intervention en Irak ne cessent de se multiplier, et c’est une bonne chose. On peut craindre, toutefois, que leur détermination ne soit plus motivée par une hostilité viscérale à l’égard de Washington que par un goût authentique de la démocratie.
Aux yeux de beaucoup d’entre eux, en effet, n’importe quel régime stigmatisé par les Etats-Unis se voit décerner ipso facto un brevet de courage et de vertu - on l’a constaté il y a quatre ans avec la Serbie de Milosevic. Ainsi, lorsque Le Monde diplomatique, dans un numéro spécial sur la crise du Golfe, titre "L’Empire contre l’Irak", il transforme, peut-être à l’insu de ses rédacteurs, ce petit pays de 23 millions d’habitants en symbole de la résistance au rouleau compresseur yankee. Un ennemi de l’Amérique ne peut être tout à fait mauvais, fût-il couvert de sang.

Si le débarquement de juin 1944 avait lieu de nos jours, gageons que l’oncle Adolf jouirait de la sympathie d’innombrables humanistes et radicaux de la gauche extrême au motif que l’Oncle Sam tenterait de l’écraser.

Signé : Pascal Bruckner

Petit essai comparatif

- Edito du Diplo de février 2003 (Ignacio Ramonet) :

"Le régime irakien est certes odieux, et M. Saddam Hussein un autocrate particulièrement détestable n’ayant pas hésité, à plusieurs reprises, à massacrer sa propre population, allant même jusqu’à utiliser contre elle des gaz de combat interdits par les traités internationaux."

- Edito du Diplo de septembre 2002 (Alain Gresh)

"« Il a utilisé des armes chimiques contre son propre peuple et contre ses voisins.  » « Il a envahi ses voisins. » « Il a tué des milliers de ses concitoyens. » Mme Condoleezza Rice, conseillère pour la sécurité nationale du président George W. Bush, égrène les arguments «  irrésistibles » qui poussent, selon elle, les Etats-Unis à intervenir en Irak et à renverser le président Saddam Hussein. Allégations irrécusables : en septembre 1980, le régime de Bagdad se lançait à l’assaut de l’Iran, amorçant un des conflits les plus meurtriers de l’après-seconde guerre mondiale ; mis en difficulté, il utilisait en effet des armes chimiques avant de gazer, à Halabja, en mars 1988, 5 000 Kurdes irakiens."

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.