Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Le Figaro

Janvier- février 2002 : la société vue du "Figaro" (2)

Le Figaro traque l’injustice

Quelques extraits de deux mois du Figaro pour se faire une idée de la justice selon ses vœux. [*]

-  Le Figaro et le spectre de mai 68


Dans son "Bloc-Notes" paru dans le Figaro du vendredi 11 janvier 2002, Max Clos revient sur la condamnation à six mois de prison avec sursis d’une jeune femme qui avait tenté de voler environ 4000 francs de jouets et de produits alimentaires pour que ses enfants puissent bénéficier, comme le autres enfants, d’un Noël de fête. Elle avait été dispensée de peine lors d’un premier jugement. Mais le parquet a fait appel...
Cela nous vaut le commentaire suivant :
« Bien entendu, on peut éprouver de la compassion à l’égard d’une mère de sept enfants qui souhaite apporter un peu de joie dans son foyer le soir de Noël. Mais... »
Mais quoi ?
« Mais il faut être très prudent dans ce genre d’affaires. »
Quand Max Clos en appelle à la prudence, on pressent le pire. Qui ne tarde pas.
Pourquoi faut-il être prudent ?
« D’abord parce que ce n’est pas le rôle de la justice de considérer le vol comme une activité presque licite, ensuite parce que le raisonnement de la jeune femme s’apparente à celui des gauchistes pratiquant la "récupération prolétarienne", chez Fauchon par exemple, comme on l’a vu en mai 1968, enfin parce que l’absence de sanction risquerait de faire jurisprudence dans d’autres cas. ».
Derrière chaque larcin dans un supermarché, le spectre de mai 68 et de la révolution ; dans l’ombre de la voleuse d’un soir de Noël, le gauchiste

( Première publication : 14-01-2002)

-  Le Figaro traque les excès de la Justice


Le Figaro du Mardi 15 janvier. Editorial d’Ivan Rioufol (page 13) . Titre : "Halphen : l’échec d’un juge "
« Ces dernières années, la justice s’est montrée plutôt intraitable face aux hommes de pouvoir. Les délinquants ont généralement eu droit à plus de compassion ».
La justice "intraitable "avec "les hommes de pouvoir" qui, par nature, ne sont pas des délinquants ...

( Première publication : 16-01-2002)

-  Le Figaro s’insurge contre la justice de classe

Ivan Rioufol l’avait dit : la Justice est intraitable ... avec les puissants. Alain-Gérard Slama le confirme...

Dans un article paru dans Le Figaro du Lundi 21 janvier, titré : Vers une justice de classe", il écrit :
« A l’occasion de la démission du juge Halphen, les juges ont recommencé à se plaindre d’un "malaise" de leur institution. Ils ont dénoncé sa dégradation en une justice de classe. On ne peut que leur donner raison. A ce détail près que la catégorie opprimée n’est pas celle qu’ils montrent du doigt. »

On devine la suite... : ce sont les puissants qui vont en prison alors que les misérables sont blanchis.

Mais pourquoi "les" juges s’obstinent-ils à ne pas suivre le doigt d’Alain-Gérard Slama ? La raison en est simple :
« Anciens trotskystes ou réactionnaires, la longue détérioration de leur statut social (...) a fait de la plupart des anticapitalistes structurels. Restés sur une position défensive, ils aiment abaisser les grands. Mais ils ne sont pas masochistes et ils se gardent d’offenser ceux qui sont vraiment puissants, c’est-à-dire ceux qui savent se servir des médias comme d’une arme. »

( Première publication : 25-1-2002)

 

Notes

[*Ces échantillons ont été prélevés, sans modification, dans une ancienne présentation chronologique du « Figaro en brèves » : la date de publication antérieure est indiquée à la fin de chacun d’entre eux

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique