Accueil > Critiques > (...) > Le Figaro

Janvier-février 2002 : la société vue du "Figaro" (1)

Le Figaro aime la jeunesse

Quelques extraits de deux mois du Figaro pour se faire une idée de la jeunesse selon ses vœux. En trois épisodes [*].

-  Le Figaro appelle un chat un chat

Le Figaro ne badine pas avec les "jeunes délinquants multirécidivistes"... et appelle un chat un chat.

C’est ce que nous enseigne Guy Baret dans Le Figaro du Lundi 25 février, sous le titre « Ne dites pas "maison de correction" ». On y lit ceci :
« Le vocabulaire louvoie avec l’idéologie dominante. Les délinquants seront dans un endroit "fermé", sans dire toutefois qu’ils y seront "enfermés", ce qui serait mal vu. L’éducation est dite "renforcée", pour ne pas la décrire comme "sévère", ce qui serait de mauvais goût. Ce sont les maisons de correction de jadis mais parées de plumes éducatives, alors qu’elles sanctionnent l’échec de l’action éducative. Pour dissimuler leur nature justement répressive, on la noie dans la tarte à la crème de la "réinsertion", quoi que ceux qui y échouent n’aient jamais été insérés. (...) Ce contorsionisme verbal pourrait n’être que ridicule. Il peut aussi paraître inquiétant à l’heure où la parole des politiques est frappé de discrédit. S’ils sont déjà si pusillanimes devant les mots, que sera-ce quand ils auront à mettre en œuvre leur réalité ? »

On se le demande... Le Figaro, lui, réhabilite fièrement les maisons de correction. En attendant le bagne...

(Première publication : 4-03-2002)

-  Le Figaro met les jeunes au travail

Que faire des jeunes qui ne sont pas en maisons de correction, mais qui n’ont pas d’emploi ? Le Figaro a trouvé le remède : leur donner un emploi, même quand il n’y en a pas…
C’est ce qu’enseigne Guy Baret - farouche partisan des maisons de correction, qui, dans Le Figaro du 26 Février s’insurge contre le « contrat d’autonomie » proposé par le PS.

Sous le titre « Le PS caresse les jeunes dans le sens du vote », notre éditorialiste écrit :
« Curieux contrat d’autonomie qui fait de l’adolescent un assisté dans société de « responsabilité » annoncée par M.Jospin ! »

Car - quoi que l’on pense de ce contrat - il est bien clair que ceux qui ne travaillant pas, n’en n’ont pas besoin, ne sont pas des « assistés » : seulement des héritiers…

Et notre bon maître de correction de poursuivre ainsi :
« Pas de confusion ! Ce n’est pas l’instauration du « droit à la paresse » au profit des 18-25 ans. Ceux qui veulent travailler en auront la possibilité. »

Et notre bon maître d’ironiser sur cette « jeunesse héroïque ». Tout le reste est à l’avenant …

(Première publication : 4-03-2002)

-  Le Figaro sombre dans l’égalitarisme

Le Figaro, mercredi 16 janvier 2002 (page 9). "Moins de fils d’officiers et plus de filles à Saint-Cyr", par Anne-Charlotte De Langhe.

Des filles, précise finement l’auteure de l’article qui « ne sont pas des "fils à papa" ».

D’ailleurs :
Plus « sensibilisées au maintien de la paix » que leurs homologues masculins, les filles, admissibles depuis 1983, se font de moins en moins rares : 12 cette années, toutes "très bonnes élèves" contre 5, 6 ou 7 précédemment. Louée pour son rôle d’"aérateur", cette mixité sociale semble ne diminuer en rien le caractère militaire de l’école.

Ouf !... De soulagement féministe et militariste...

Les propos en italiques émanent de Bernard Boëne, directeur de l’Enseignement et de la recherche à Coëtquidan et... spécialiste en sociologie militaire.

Méfiez-vous des sociologues !

( Première publication : 17-01-2002)

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[*Ces échantillons ont été prélevés, sans modification, dans une ancienne présentation chronologique du « Figaro en brèves » : la date de publication antérieure est indiquée à la fin de chacun d’entre eux

Voir aussi...

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »